Recherche

Parabellum analyse le commerce de proximité

Publié par le | Mis à jour le
Parabellum analyse le commerce de proximité

1,6 million de m² pour plus de 7 000 magasins : l'étude Parabellum/Bossman Consultants confirme le fait que la proximité a véritablement évolué dans la période récente.

  • Imprimer

Le drive et le commerce de proximité sont les deux concepts actuellement en vogue en distribution. Après le drive, Parabellum s'est intéressé à ce sujet en publiant avec Bossman Consultants une étude sur la distribution alimentaire de proximité (magasins de 120 m2 à moins de 600 m2). L'étude rappelle les évolutions des dernières années qui ont profité à l'essor (retour diront certains) du commerce de proximité : la législation (LME 2008, contrats de franchise limités à cinq ans…), augmentation de la densité des magasins de proximité permettant de faire un arbitrage au sein de plusieurs canaux, changement de comportements d'achat (développement durable, manque de temps…) vieillissement de la population, baisse de la taille des foyers, écart de prix moindre entre la proximité et les hypermarchés et supermarchés (+ 5 % vs + 15 % il y a 20 ans).

Le profil des enseignes de proximité a donc changé : leur objectif n’est plus de satisfaire les besoins de dépannage mais bel et bien de couvrir l’ensemble des unités de besoin des shoppers, le tout sur un nombre de m2 limité. Le marché du commerce de proximité totalise, selon l'étude Parabellum/Bossman Consultants, 1,6 million de m² pour plus de 7 000 magasins (avec un effectif moyen par magasin de près de cinq en temps partiel). La densité commerciale (nombre de m²/ nombre d’habitants) va du simple (Roubaix-Tourcoing) au décuple (Paris avec 69,7 m² pour 1 000 hab).

« Le triptyque de la proxi : gain de temps, service et proximité géographique », commentent Charles Tabourot, directeur associé de Parabellum et Christophe Ménager, directeur associé de Bossman. « La fréquentation de la proxi a crû ces deux dernières années. Étonnamment, les shoppers n’ont pas le sentiment d’avoir délaissé les grandes surfaces au profit de la proxi : de leur point de vue, ils ont additionné leurs courses en proxi à leurs courses en grande surface ; et dans bien des cas ils sont restés fidèles à leur enseigne en changeant de surface. »

Autres informations : 40 % des shoppers fréquentent leur magasin principal de proximité depuis moins de deux ans. Monoprix, Carrefour City et Franprix sont les enseignes les plus fréquentées. Les magasins de proximité sont majoritairement fréquentés par des femmes qui résident en appartement à moins de 10 minutes du point de vente. Peu de shoppers fréquentent uniquement ce canal de distribution : les hypermarchés et supermarchés restent indispensables. Un quart des shoppers proxi interrogés affirment également faire régulièrement leurs courses alimentaires en ligne. “Le “close or fast” est-il la tendance à ne pas rater pour les prochaines années ?”, s'interroge l'étude.

Méthodologie : L’étude proximité a été réalisée selon deux modules.
Un premier module géomarketing, dont l’objectif est de faire l’état des lieux des forces en présence sur les principales agglomérations françaises (38 agglomérations de plus de 200 000 habitants).
Un deuxième module shoppers pour analyser le rythme des courses, le parcours de visite, le contenu du panier, les freins et motivations à consommer sur ce circuit : échantillon de 1 000 à 1 200 shoppers répartis en deux cibles : 800 – 900 shoppers résidant près d’une enseigne de proximité et 200 – 300 shoppers travaillant près d’une enseigne de proximité.
Ces phases d’études complémentaires permettant, in fine, de remettre les clés pour avoir une vision claire du marché à la fois du côté de l’environnement concurrentiel et du comportement du consommateur.

Catherine Heurtebise

Catherine Heurtebise

Chef de Rubrique

Une littéraire tombée dans la presse professionnelle communication et marketing ! Société Générale de Presse, Stratégies, CB News, Marketing Profit… Le [...]...

Voir la fiche