Recherche

Net ralentissement de l'activité publicitaire

Publié par le | Mis à jour le

En novembre, d'après Adex Report, les volumes publicitaires sont dans le rouge pour tous les médias à l'exception des chaînes de la TNT.

  • Imprimer

Kantar Media publie les chiffres de l'Adex Report de novembre 2011 qui montrent un net ralentissement de l’activité publicitaire sur cet avant-dernier mois de l'année. Malgré une évolution modeste mais néanmoins positive de +1,8 % en valeur sur l’ensemble des médias, les volumes publicitaires sont dans le rouge pour tous les médias à l’exception des chaînes de la TNT (+2,4 %). Au cumul, la croissance plurimédia s’élève à +5,9%.

La radio observe une croissance ralentie vs octobre, mais celle-ci demeure supérieure à la moyenne à +5,8 %. Si les stations musicales progressent plus vite (+8,4 %) que les généralistes (+4,1 %) en valeur, ce sont elles également qui marquent le repli le plus important en durée publicitaire (-5,6 %). À la veille des fêtes de fin d’année, les distributeurs (+19,9 %) redoublent d’efforts sur leurs communications promotionnelles, tout comme les établissements financiers qui soutiennent davantage leurs offres en radio (+24 %) ce mois-ci. Sur le cumul, le média enregistre +7,2 % de recettes brutes.

En télévision, les chaînes nationales (-5,3 %) continuent de pénaliser le média qui présente des résultats tout juste stables en novembre (+0,9 %). Une baisse sur ce segment qui se traduit par une durée publicitaire à -8,9 % et un désengagement conséquent de la grande consommation (-13,7 %), en particulier l’alimentation (-18,1 %). Si les constructeurs automobiles (+18,5 %), les établissements financiers (+12,7 %) et les distributeurs (+19 %) soutiennent les chaînes historiques, cela ne suffit pas à inverser la tendance à la baisse soulignée depuis cinq mois. À noter, le ralentissement de croissance sur les chaînes de la TNT qui maintiennent toutefois un certain dynamisme (+15,2 %) ce mois-ci. Sur le cumul annuel, la télévision présente une évolution positive de ses recettes brutes (+6,6 %).

Après deux mois favorables, les recettes brutes de la presse marquent le pas en novembre (-0,7 %). Les magazines enregistrent un fléchissement comparable en valeur (-3 %) et en pagination (-2,3 %) tandis que les quotidiens nationaux accusent une baisse sévère de leurs volumes publicitaires (-16,6 %). Le média bénéficie néanmoins du surplus d’activité des distributeurs (+7,4 %), des constructeurs automobiles (+2,9 %) et des annonceurs de la mode (+10,4 %). L’hygiène beauté représente le désengagement le plus pénalisant pour le média avec un budget réduit de près d’un quart. Au cumul, la presse évolue positivement (+4 %) mais en deçà de la moyenne plurimédia.

Le display suit la tendance plurimédia et affiche +1,1 % de recettes brutes, soit sa croissance la plus faible de l’année. Le média est rythmé ce mois-ci par une activité à deux vitesses. D’une part, de fortes évolutions budgétaires de la part des secteurs culture et loisirs (+12,9 %), automobile (+20,7 %), distribution (+54,2 %) et alimentation (+34,8 %). D’autre part, le repli des télécommunications (-29 %), de l’informatique (-20,3 %) ou encore de l’hygiène beauté (-52,6 %). Sur le cumul, les recettes brutes du média augmentent de +9,1 %.

La publicité extérieure bénéficie en novembre des fortes prises de parole de la part des distributeurs (+10,1 %) mais c’est le secteur culture et loisirs (+20,2 %) qui dynamise le plus le média et contribue pour 45 % à sa croissance, tout comme les boissons (+50,9 %) qui y participent pour 42 %. Aussi, le média enregistre +6,6 % de recettes brutes ce mois-ci et stabilise son activité depuis le début de l’année (+0,4 %).

Enfin, le cinéma affiche une croissance plus faible en novembre (+11,5 %) vs le cumul (+38,1 %), pénalisé notamment par le repli budgétaire du secteur boissons (-50,7 %).

La répartition sectorielle en novembre permet de souligner les fortes hausses budgétaires plurimédias des distributeurs (+17,5 %), des annonceurs de la mode (+22,2 %) et des fabricants de boissons (+26,4 %) tandis que l’alimentation réduit de -12,9 % ses investissements sur l’ensemble des médias.

Catherine Heurtebise

Catherine Heurtebise

Chef de Rubrique

Une littéraire tombée dans la presse professionnelle communication et marketing ! Société Générale de Presse, Stratégies, CB News, Marketing Profit… Le [...]...

Voir la fiche
DDB New York, la vérité comme insight!

DDB New York, la vérité comme insight!

DDB New York, la vérité comme insight! DDB New York, la vérité comme insight!

Figure de proue de la revolution publicitaire des annees soixante et agence historique de Volkswagen Dane Doyle Bernbach New York continue de [...]

Clear Channel mesure les émotions avec EmOOH Metrics

Clear Channel mesure les émotions avec EmOOH Metrics

Clear Channel mesure les émotions avec EmOOH Metrics

Avec son nouvel outil EmOOH Metrics base sur la reconnaissance faciale Clear Channel permet aux marques de mesure emotion suscitee par leurs [...]

Qui sont les shoppers en 2017 ?

Qui sont les shoppers en 2017 ?

Qui sont les shoppers en 2017 ?

Rakuten Marketing specialiste du reciblage publicitaire personnalise mene une etude pour decrypter les profils des acheteurs modernes

Mesure mobile: 4 standards passés au crible

Mesure mobile: 4 standards passés au crible

Mesure mobile: 4 standards passés au crible

En 2016 les investissements publicitaires mobiles depasseront 100 milliards de dollars l international Mais si les budgets augmentent comment [...]

Comment garantir la valeur ajoutée du programmatique ?

Comment garantir la valeur ajoutée du programmatique ?

Comment garantir la valeur ajoutée du programmatique ?

Fraude aux impressions publicitaires manque de visibilite des messages ou remise en cause de la brand safety Tradelab et Adloox exposent dans [...]