Recherche

Les 26 "Bad shopping experiences" par Publicis Shopper

Publié par le | Mis à jour le
Les 26 'Bad shopping experiences' par Publicis Shopper

47 % des shoppers renoncent à un achat en magasin. Pourquoi ? Quelles sont les enseignes les moins bien notées ? La nouvelle agence Publicis Shopper dévoile, pour sa première prise de parole, 26 expériences négatives qui nuisent aux enseignes et aux marques. Un électrochoc pour le commerce physique.

  • Imprimer

En même temps que l'annonce de la création de sa nouvelle agence Publicis Shopper, Publicis Dialog rend publique une étude sur les "26 Bad expériences en magasin"1En France, autant la mesure de l'efficacité sur le Net est étudiée, autant dans le réseau physique les experts  ne savent pas dire combien, dans quels univers, ni surtout pourquoi un client sur deux (47 % exactement) motivé par un achat au départ, sort du point de vente les mains vides. Le manque à gagner se chiffrerait en milliards d'euros

La plus mauvaise note est obtenue par les enseignes de vêtements pour enfants, suivie de près par l'univers meuble/déco et les vêtements pour hommes (voir schéma).

Les univers étudiés

Dans cette étude réalisée du 6 au 12 juin derniers, l'institut Ginger a effectué une plongée dans l'insatisfaction des shoppers dans 10 univers distincts :

  • GSA
  • Vins/Spiritueux
  • Beauté/Cosmétique
  • Textile
  • Électroménager/Hi-fi
  • Téléphonie
  • Bricolage/Jardinage
  • Voyage
  • Meubles/Décoration
  • Produits culturels

Cinq expériences dans le parcours clients ont été ensuite identifiées comme "posant problème" et/ou freinant ou annulant l'achat

  1. Aménagements/Environnement du magasin
  2. Personnel
  3. Communication
  4. Services
  5. Disponibilité produit

Ce qui fait fuir le client, c'est majoritairement :

  • Le mauvais accueil en magasin
  • Le manque d'information produit (vendeur ou support)
  • Le manque d'expertise du vendeur (ex aequo avec n°2)
  • La promesse d'un SAV décevant (ex aequo avec n°2)
  • Un programme ou carte de fidélité décevant

Chacune de ces mauvaises expériences a été évaluée selon un barème allant de 1 à 5. 5 étant l'expérience shopping qui a le plus de chance de provoquer un abandon de l'achat dans le point de vente visité au profit d'un autre ou d'Internet par exemple.

(1) Méthodologie :

Étude réalisée par l'institut quali/quanti Ginger pour Publicis France du 6 au 12 juin 2012. Pré-étude on line sur un échantillon de 200 shoppers pour identifier les "bad experiences shopping". Étude on line sur 1 008 shoppers représentatif de la population française.

AMELLE NEBIA

AMELLE NEBIA

Chef de Rubrique

Chef de rubrique Marketing Magazine et emarketing.fr. En veille sur le retail, la consommation, le marketing produit food, les formations supérieures [...]...

Voir la fiche
La nouvelle ère des smart shoppers

La nouvelle ère des smart shoppers

La nouvelle ère des smart shoppers La nouvelle ère des smart shoppers

Le consommateur d'hier s'est transformé en un " smart shopper " à la recherche de nouveaux repères promotionnels. Décryptage.

Kiabi passe en mode Big data

Kiabi passe en mode Big data

Kiabi passe en mode Big data

Le pionnier français du prêt-à-porter à petits prix a été la première enseigne du secteur à initier, en 2016, un Big Data Challenge. Une expérience [...]

Omnicanal : la distribution spécialisée à la traîne

Omnicanal : la distribution spécialisée à la traîne

Omnicanal : la distribution spécialisée à la traîne

Alors que les enseignes lancent régulièrement de nouvelles initiatives digitales, parfois à grand renfort de média, le cabinet de conseil Stanwell [...]

L'IA est-elle l'avenir du marketing?

L'IA est-elle l'avenir du marketing?

L'IA est-elle l'avenir du marketing?

Tirer le meilleur parti de la donnée pour offrir au consommateur une expérience inédite, automatiser les actions marketing dans une dimension [...]