Recherche

Le secteur des articles pour tout-petits est dynamique

Publié par le
Le secteur des articles pour tout-petits est dynamique

En 2010, articles de puériculture, layette et jouets ont généré un chiffre d'affaires de 2,7 milliards d'euros, en hausse de 1,2 %. Ce dynamisme s'explique par le record de natalité.

  • Imprimer

Laure-Anne Warlin, auteur de l'étude "Les marchés du bébé à l'horizon 2012 - distribution de vêtements, jouets et articles de puériculture - positionnement des acteurs et axes de développement pertinents" réalisée pour Xerfi, met en évidence le dynamisme du secteur. En 2010, articles de puériculture, layette et jouets ont généré un chiffre d'affaires de 2,7 milliards d'euros, en hausse de 1,2 % par rapport à 2009. Ce dynamisme s'explique par un record de natalité. Selon le Xerfi, la croissance des marchés du bébé s'établira, en 2012, à +1,5 %.

Les poids lourds du secteur, qui pèsent pour moitié des ventes du segment, sont aujourd'hui confrontés à une intensification de la concurrence. En effet, de nouvelles formes de consommation apparaissent comme l'occasion, le troc ou la location d'articles, surtout via le Net. Les grandes surfaces constituent également des concurrents sérieux grâce à leur positionnement "entrée de gamme" et la multiplication de références, notamment en MDD. Des pure players, comme Oclio (puériculture) ou avenue des jeux, réalisent d'excellentes performances grâce à des levées de fonds réalisées en 2010. Les deux vépécistes nordistes concurrencent aussi fortement les spécialistes.

Les axes de développement

Internet est une priorité pour les spécialistes. Ce canal pèse, pour l'heure, 5 % des ventes. Le renforcement du maillage territorial reste un avantage, malgré la montée en puissance du Net. Les enseignes spécialisées devront miser sur l'international. L'Europe du Sud et l'Asie suscitent un intérêt croissant. Petit Bateau, par exemple, a réussi ses implantations à Hong Kong et à Singapour. L'image de marque est également un facteur de différenciation sur ce segment. Le marchandising et le déploiement des marques propres constituent ainsi des leviers de croissance non négligeables. Enfin, la diversification de l'activité permet d'élargir sa cible de clientèle à l'image d'Aubert qui, depuis 2008, avec sa marque Maïka, touche les femmes enceintes.

 

AMELLE NEBIA

AMELLE NEBIA

Chef de Rubrique

Chef de rubrique Marketing Magazine et emarketing.fr. En veille sur le retail, la consommation, le marketing produit food, les formations supérieures [...]...

Voir la fiche
Fauchon se lance dans l'hôtellerie de luxe

Fauchon se lance dans l'hôtellerie de luxe

Fauchon se lance dans l'hôtellerie de luxe

20 hôtels de luxe d'ici 2030, une vingtaine de points de vente supplémentaires en 2017... Le moins que l'on puisse dire, c'est que Fauchon déborde [...]