Recherche

La famille, au coeur du bien-être et de la sérénité des jeunes Français

Publié par le | Mis à jour le

Sondage exclusif pour e-marketing.fr et Marketing Magazine réalisé par InCitu sur les "Jeunes et la valeur famille". Une génération à l'aise avec l'évolution de la famille mais pragmatique.

  • Imprimer

Obsolescence du modèle familial traditionnel, montée des individualismes, familles monoparentales, recomposées, homoparentales... En plein débat sur le "mariage pour tous", la France, plutôt conservatrice dans sa gestion sociale collective, est confrontée à cette évolution vers de nouvelles formes de Familles. La famille est en pleine mutation et et pourtant (ou plutôt justement ?), la valeur famille n'a jamais semblé aussi actuelle.
Que pensent les jeunes de cette mutation ? Dans le cadre de BeCause, son panel 100% facebook, représentatif des français de 15 à 35 ans, InCitu a réalisé une sondage exclusif pour Marketing Magazine et e-marketing sur "Les jeunes et la valeur famille".

La famille est au coeur du bien-être et de la sérénité des jeunes Français

Le socle familial est solide : 51% décrivent leur famille comme étant "très soudés". Ils partagent beaucoup de choses, et d'autant plus les plus jeunes. En effet 43% des 18-24 ans vs 26% des 25-34 ans déclarent faire "beaucoup de choses ensemble: ciné, télé, expo....".

Pas de dispute, pas d'obligation (78% ne sont pas d'accord pour dire qu' "ils se voient régulièrement un peu parce qu'il le faut... ") : cette génération recherchent plutôt la discussion avec leurs parents et qualifie leur relation comme "hyper sympa " ou " cool" pour 81% d'entre eux. D'ailleurs, ce serait l'entourage (55%) avant l'amour (42%) qui rendrait heureux.

Ils se projettent dans leur avenir avec sérieux, confiance et pragmatisme

25% d'entre eux se voient mariés et 17% n'ont pas peur du cliché de la "grande maison avec des enfants". A noter pour les plus jeunes (18-24 ans), une envie d'évasion pour vivre ou voyager pour 32% d'entre eux.

On se marie avant tout pour souder l'engagement, socle déterminant pour fonder ensuite une famille. En effet, le mariage est décrit comme "une preuve de confiance et de fidélité" pour 40% d'entre eux, avant même d'être un gage d'amour (23%) ; les plus jeunes étant malgré tout plus romantiques que les 25-34 ans (28% vs 9% considèrent le mariage comme "un gage d'amour").

La famille passe avant tout et en particulier avant l'ambition professionnelle

En effet, 33% d'entre eux espèrent avant tout "un boulot fixe qui paye bien" et surtout "un boulot sûr" pour les plus jeunes (7% des 18-24 ans vs 0% pour les 25-34 ans) )mais ont "d'autres intérêts dans la vie" et n'envisagent pas de "sacrifier leur vie pour leur boulot" (20%).... Le jeune insouciant cheveux aux vents ne fait pas partie de cette génération pour qui "être libre" n'est espéré que par 7% d'entre eux....

D'ailleurs ils savent qu'ils ne doivent compter que sur eux-mêmes : 51% abordent l'avenir avec pragmatisme et ont confiance dans leurs choix. Ils déclarent : "Je me dis que ça devrait aller si je fais les bons choix ..." ou "Pour l'instant ça se passe comme je veux, donc ça devrait continuer comme ça ! " . L'insouciance est définitivement passée de mode : 7% des 18-35 ans seulement veulent "profiter du moment présent !".

Ils prônent le droit à la famille pour tous

Le couple (88%), le mariage et les enfants (52%) ne sont pas réservés qu'aux couples hétérosexuels. Car tout simplement "Les homosexuels sont des individus comme les autres" (66%) et c'est une question de bon sens : "la société doit évoluer" (54%) disent-ils. Enfin si deux personnes sur trois (66%) âgés entre 18 et 35 ans se prononcent en faveur de l'adoption pour les homosexuels ; on note une rupture sur les raisons de leur conviction : Pragmatisme encore pour les plus jeunes (18-24 ans) : "Personne n'a prouvé que c'était mauvais pour l'enfant " affirment-ils pour 60% d'entre eux d'autant que c'est d'après eux "une simple question de droit" (56%). Humanisme pour les plus âgés (25-35 ans) : "Je ne vois pas où est le problème d'avoir deux papas ou deux mamans" (68).

Le commentaire de Charlotte Taupin, fondatrice d'InCitu : "Fin de l'insouciance et du rêve : les jeunes portent un regard parfaitement pragmatique sur leur avenir !"

Méthodologie : 200 répondants entre 18 et 35 ans représentatifs des français en termes d'âge et de sexe. Tous interrogés via BeCause (plus de 2 000 fans).

Catherine Heurtebise

Catherine Heurtebise

Chef de Rubrique

Une littéraire tombée dans la presse professionnelle communication et marketing ! Société Générale de Presse, Stratégies, CB News, Marketing Profit… Le [...]...

Voir la fiche