L'influence d'Internet et des nouvelles technologies sur le processus d'achat de vin

Publié le par

Résultats d'une étude Survey Sampling International/Sowine sur le comportement des consommateurs de vin en France.

À l'occasion de Vinexpo, pour la deuxième année consécutive, Survey Sampling International/SSI (fournisseur de solutions d'échantillonnage) s’associe à l’agence conseil en marketing et communication Sowine pour la réalisation de la première étude consacrée à l’influence d’Internet et des nouvelles technologies sur le comportement des consommateurs de vin en France*.
L'étude a pour objectif de répondre aux questions suivantes : Quel rapport les Français entretiennent-ils avec le vin ? Quelles sont leurs sources d’information et quelle place y occupent les nouvelles technologies ? Quels rôles jouent les réseaux sociaux et en quoi influencent-ils l’acte d’achat de vin ?

En matière de vin, le consommateur français se considère majoritairement comme néophyte : il recherche de l’information et a besoin d’être rassuré avant d’acheter.
• Pour 74 % des Français interrogés, le vin est un produit à distinguer des autres alcools. Une majorité d’entre eux (62,3 %) se considère comme néophyte en matière de vin.
• Pour 63,8 % des Français, il est important d’avoir un minimum de connaissances sur le vin pour savoir l’apprécier et pour 74,6 % des sondés, il est primordial de se renseigner avant d’acheter du vin.

Quelles sources d'information avant l'achat ?

Internet et les nouvelles technologies occupent une place importante dans la recherche d’informations menant à un achat de vin, devant les sources d’information traditionnelles mais derrière les conseils de l’entourage.
• Les conseils de l’entourage demeurent la toute première source d’information utilisée par les consommateurs français pour préparer un achat de vin, avec 46,8 % des sondés affirmant s’y référer.
• Internet et les nouvelles technologies se placent au cinquième rang (13,3 %), derrière les conseils prodigués par les cavistes (34,6 %), les sommeliers (15,3 %) et les échanges directs avec le producteur (14 %). Arrivent ensuite les guides spécialisés (7,7 %) et la presse écrite, qu’elle soit spécialisée (4,4 %) ou généraliste (3,3 %).
• Les blogs et les forums consacrés au vin sont consultés par un acheteur sur trois et les sites de producteurs par un acheteur sur quatre, alors que les sites payants de notes de dégustation attirent à peine 5 % des acheteurs réguliers.

En France, si le consommateur de vin est particulièrement adepte des réseaux sociaux, son adhésion aux communautés en ligne sur le vin et son usage des applications mobiles demeurent faibles.
• Malgré une utilisation plus active des réseaux sociaux généralistes (+ 5 % par rapport à la population moyenne), à peine 4 % des acheteurs réguliers appartiennent à des réseaux sociaux spécialisés sur le sujet du vin et 6 % à des groupes dédiés au vin sur les réseaux sociaux généralistes. Les applications mobiles dédiées au vin sont, elles aussi, encore peu considérées, avec à peine 21 % des répondants affirmant leur porter de l’intérêt.

Malgré un volume d’acheteurs en ligne encore assez faible, les comportements d’achat on line diffèrent substantiellement de ceux qui prévalent dans les canaux traditionnels de distribution.
• 10 % des Français affirment acheter du vin en ligne, avec un acheteur type au profil plutôt masculin, urbain et jeune.
• Deux personnes sur trois ayant utilisé Internet pour préparer leur achat de vin finissent par acheter off line.
• Le panier moyen pour un achat effectué sur Internet est sensiblement plus élevé que pour un achat effectué dans un canal off line : le budget moyen (+ 102 %) et le volume d’achat (+ 90 %) sont quasi doublés.

* Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 1 200 personnes, représentatif de la population française, du 1er au 8 février 2011.