Recherche

L'épicerie fine progresse lentement mais sûrement

Publié par le

Épargné par la crise, le marché de l'épicerie fine devrait continuer de progresser tranquillement, mais plus rapidement que l'ensemble de la consommation alimentaire, selon Precepta.

  • Imprimer

Mieux manger. Si les consommateurs ont freiné leurs dépenses en restauration hors-foyer au cours des derniers mois, ils semblent néanmoins privilégier des produits haut de gamme ou d’épicerie pour déguster à domicile.

Ce marché, évalué à 5 milliards d'euros, devrait ainsi, selon une étude publiée par Precepta, continuer de progresser. Une croissance sans éclat, mais supérieure à celle du marché alimentaire dans son ensemble. En France, la demande devrait augmenter en volume de 3% par an jusqu'en 2012, contre 1% pour l'ensemble des produits alimentaires, selon l’analyse du cabinet.

Un succès qui s’explique également par la volonté des enseignes de distribution de démocratiser l’offre haut de gamme. Face à cette offensive, les spécialistes de l’épicerie fine doivent revoir leurs stratégies en modernisant les concepts d’épicerie fine, en s’investissant dans l’e-commerce et en internationalisant leurs enseignes.