Recherche

Investissements publicitaires : un premier trimestre en berne

Publié par le - mis à jour à
Radio
© DR
Radio

En mars 2013, selon Kantar Media, le marché enregistre une baisse de 4,4% des recettes plurimédia, ce qui entraîne un repli d'activité sur le premier trimestre de 2,2%. On l'observe sur tous les médias à l'exception de la radio (+3,3%) et de la télévision (-0,3%).

  • Imprimer

Selon Kantar Media, en mars 2013, le marché enregistre une baisse de -4,4% des recettes plurimédias ce qui, de fait, entraine un repli d'activité sur le premier trimestre de -2,2% que l'on observe sur tous les médias à l'exception de la radio (+3,3%) et de la télévision (-0,3%) qui clôture le trimestre à l'équilibre.

Après des résultats négatifs en février, l'activité en radio repart à la hausse en mars (+2,7%) ce qui porte l'évolution du média à +3,3% sur le premier trimestre. Les stations généralistes et les musicales évoluent dans la moyenne en valeur, respectivement +3,3% et +3,7%. En volume, le média reste stable ce trimestre (-0,5%) malgré une légère hausse sur les stations musicales (+1%). D'un point de vue sectoriel, le secteur culture loisirs progresse de +18,7% et contribue pour 40% à la croissance de la radio ce trimestre quand le voyage tourisme y participe à hauteur de 32% avec une enveloppe budgétaire renforcée de +21,4%. Dans un même temps, la distribution maintient ses investissements à l'équilibre.

En télévision, les recettes brutes évoluent à -0,3% ce trimestre du fait d'un repli d'activité sur les chaînes historiques (-1,7%) qui sont impactées par le désengagement de ses principaux secteurs : alimentation (-6,3%), hygiène beauté (-1,7%), automobile (-7,8%) et établissements financiers (-17,3%). Sur les chaînes de la TNT, les hausses budgétaires émanant des secteurs services (+31,5%), voyage tourisme (+33,1%) et informatique (budget multiplié par 6,8) permettent au segment de progresser de +5% en valeur. En volume, les chaînes thématiques reculent de -15,9% et impactent le média (-1,9%) alors que la durée publicitaire augmente sur les chaînes historiques (+7,6%) et sur celles de la TNT (+23,3%).

La presse clôt le trimestre sur une note négative avec -4,9% de recettes brutes et un mois de mars particulièrement en berne (-11,3%). Les magazines semblent plus impactés que les quotidiens nationaux et perdent -4,5% de recettes brutes et -9,7% de pagination publicitaire. Si la mode réduit sa présence en valeur (-3,7%), d'autres secteurs pénalisent davantage le segment à l'image des télécommunications (-34,3%), de la distribution (-6,3%) et de l'alimentation (-18,3%). Les quotidiens nationaux accusent -4% de recettes brutes et une pagination sensiblement réduite (-4,3%). Les constructeurs automobiles (-26,6%) représentent le plus lourd désengagement sur le segment avec le secteur des services (-16,8%). Et même si on souligne des hausses budgétaires significatives pour les distributeurs (+15,9%) et le secteur culture loisirs (+10%), cela ne suffit pas à inverser la tendance.

Sur le display*, le mois de mars évolue à la baisse (-3,6%) et engendre des résultats légèrement négatifs sur le trimestre (-1%). Pourtant, le média enregistre des croissances trimestrielles à deux chiffres pour 3 secteurs majeurs : distribution (+10,5%), télécommunications (+25,2%) et mode (+25,7%). Mais le repli du voyage tourisme (-16,8%) et des services (-9,2%) désavantage le média.

(*Univers constant sur la base des 38 régies déclarantes).

Les recettes brutes de la publicité extérieure diminuent de -13,7% sur le mois de mars et de -10% sur le trimestre. Les distributeurs contribuent à eux seuls pour ¼ du déficit du média sur le trimestre avec des investissements bruts en baisse de -12,5%. De la même façon, on observe le repli manifeste de l'alimentation (-36,6%) et du secteur culture loisirs (-9,6%).

Malgré des recettes brutes en hausse de +26,3 en mars, le cinéma termine le trimestre à -1,4%. Néanmoins, le média bénéficie du surplus budgétaire de la part de son secteur principal (culture loisirs +13,5%) et on souligne le dynamisme des boissons dont les investissements ont triplés ce trimestre.

Sur l'ensemble des médias, la tendance à la baisse se confirme pour les principaux secteurs ce trimestre. Dans le palmarès, on retiendra notamment la baisse des investissements bruts pour la distribution (-2,2%), l'automobile (-2%) et l'alimentation (-6,2%). Seuls les secteurs voyage tourisme (+9,5%) et culture loisirs (+2,4%) évoluent à la hausse tandis que l'hygiène beauté et les services sont tout juste stables (+0,3% et +0,9%).

Catherine Heurtebise

Catherine Heurtebise

Chef de Rubrique

Une littéraire tombée dans la presse professionnelle communication et marketing ! Société Générale de Presse, Stratégies, CB News, Marketing Profit… Le [...]...

Voir la fiche
Recettes publicitaires : la baisse ralentit en 2016

Recettes publicitaires : la baisse ralentit en 2016

Recettes publicitaires : la baisse ralentit en 2016 Recettes publicitaires : la baisse ralentit en 2016

Avec 6058 millions d'euros générés sur les trois premiers trimestres 2016 d'après l'IREP, la baisse des recettes publicitaires se stabilise [...]

[Publicité] Le marché se stabilise

[Publicité] Le marché se stabilise

[Publicité] Le marché se stabilise

L'IREP qui a livré, mercredi 25 mai, les résultats du marché publicitaire de ce premier trimestre confirme la tendance décelée en 2015 : après [...]

5 SPOC et MOOC pour perfectionner son marketing

5 SPOC et MOOC pour perfectionner son marketing

5 SPOC et MOOC pour perfectionner son marketing

Se former à la gamification, au marketing international ou à la pratique des réseaux sociaux : les MOOC, et leurs homologues SPOC (cours privés [...]

Sébastien Danet rejoint IPG Mediabrands

Sébastien Danet rejoint IPG Mediabrands

Sébastien Danet rejoint IPG Mediabrands

Plus d'un mois après l'annonce de sa démission de Publicis Media France, Sébastient Danet est nommé chairman d'IPG Mediabrands France.

Future of Social Media

Future of Social Media

Future of Social Media

Cette conférence réunira 350 décideurs (CMO, CDO, responsables de la transformation digitale et des réseaux sociaux) autour de 40 intervenants [...]