MENU
Recherche

Hygiène-beauté : la révolution silencieuse

Publié par le | Mis à jour le
Hygiène-beauté : la révolution silencieuse

Added Value et Kantar Wordpanel ont analysé les offres des produits d'hygiène-beauté durables au niveau des profils de consommation mais aussi des comportements d'achats réels.

Added Value et Kantar Worldpanel (deux sociétés du groupe Kantar) ont présenté les résultats d'une étude commune sur "La révolution silencieuse" qui analyse les offres d’hygiène et de beauté "durables" et leur impact sur les comportements d’achat des foyers. Cette double approche est intéressante : l'étude fournit ainsi les nouveaux profils de consommateurs établis sur la base de la segmentation développement durable de Kantar Worldpanel mais aussi sur la réalité des comportements d’achat réels de produits d’hygiène et de beauté "durables" (et non sur celle des seules intentions d’achat) via l’étude Greenprint de Kantar Worldpanel(*). Par ailleurs, un décodeur présente les différentes offres et codes de communication utilisés par les marques d’hygiène et de beauté pour les produits durables. L'analyse donne enfin les perspectives d’avenir. Leslie Pascaud, directeur marketing & innovation durable d'Added Value explique ce terme de “Révolution silencieuse” : « Pour ne pas être sans doute taxées de greenwashing, les marques ont du mal à communiquer sur leurs avancées en DD. Certaines cependant, comme Ushuaïa, première marque d'hygiène-beauté bio en GMS ou Nuxe (qui joue sur le plaisir et le luxe) renouvellent les codes ».

Deux profils de consommateurs : les pionniers et les adopteurs

Selon les analyses de l’étude Greenprint de Kantar Worldpanel, 38 % des ménages français sont très sensibles aux problématiques liées à l’environnement et l’écologie, un chiffre plutôt élevé en comparaison avec les pays voisins comme le Royaume-Uni. L’institut a pu identifier deux profils différents de consommateurs responsables.
Le premier profil identifié par Kantar Worldpanel est celui des "pionniers" qui sont les plus engagés dans les causes environnementales. Ils ont de vraies convictions écologiques et sont prêts à agir. Très bien documentés sur le sujet, ils sont peu influençables par le battage médiatique sur l’écologie. En ce qui concerne leur consommation, ils préfèrent les ingrédients