MENU
Recherche
}

Consommation : les conséquences du printemps hivernal

Publié par le - mis à jour à
Consommation : les conséquences du printemps hivernal

Résultats du baromètre Climpact-Netnext/IRI : au cours de ce printemps 2013, la consommation PGC en volume en HM+SM a baissé assez sensiblement (-0.5%) et notamment sur les marchés les plus météo-sensibles (boissons sans alcool et glaces). Un repli historique mais la météo n'explique pas tout !

On le sait, l'influence de la météo sur la consommation est très importante. 70% de l'économie serait météo-sensible (cf A suivre Marketing Magazine N°166 p 21). Rien d'étonnant donc que le printemps hivernal 2013 ait fortement perturbé l'activité des rayons alimentaires.

Selon le baromètre Climpact-Metnext/IRI, au cours de ce printemps 2013, la consommation PGC (Produits de Grande Consommation) en volume en HM+SM a baissé assez sensiblement (-0.5%) et notamment sur les marchés les plus météo-sensibles (boissons sans alcool et glaces).

C'est la première fois depuis bien longtemps (2008) qu'un tel mouvement de repli est enregistré.

Pour Climpact-Metnext/IRI, le lien de cause à effet entre ces deux évènements semble donc ainsi naturel à établir.

Retour sur les conditions météorologiques du printemps

Le mois de mars a été, cette année, très froid alors que l'an dernier, il avait été exceptionnellement beau. Le mois d'avril 2013 a été, en termes de températures, très proche à la fois