MENU
Recherche
}

Consommation durable : "Autrement, c'est maintenant"

Publié par le - mis à jour à
Consommation durable : 'Autrement, c'est maintenant'
© Marc Bertrand

Ethicity, présidée par Elizabeth Pastore-Reiss, présente les résultats de la septième typologie de consommation durable. Réalisée avec Aegis Media, cette étude confirme que les Français sont de plus en plus nombreux à être impliqués dans le changement.

Après son enquête parue au printemps en association avec l'Ademe sur la consommation responsable, Ethicity sort la nouvelle typologie des consommateurs en matière de développement durable. Le même fond de carte a été conservé par rapport à 2011, de façon à mesurer les évolutions concrètes de chaque type et d'actualiser leurs leviers de changement.

La septième édition de cette étude sur la typologie de la consommation durable a été menée par Ethicity et Aegis Media auprès de 4 500 Français (échantillon SIMM). Même si beaucoup de choses restent à faire, Ethicity salue l'évolution positive du "autrement, c'est maintenant". "Autrement dans la façon de consommer avec une consommation plus alignée selon les convictions de chacun : moins de gaspillage, moins de superflu, plus d'éthique et de partage de la valeur", résume Elizabeth Pastore-Reiss, présidente d'Ethicity.

En présentant les résultats, Pascale Merzereau, dga d'Aegis Media Expert, a insisté sur les points très positifs de cette édition : "la hausse du nombre de consommateurs qui veulent agir pour une consommation responsable et, parallèlement, la baisse du nombre des moins engagés". Les différents types de consommateurs les plus engagés passent de 40 à 47 % de la population. La famille des consommateurs dans le "déni", moins sensible et sans volonté de changement, ne représentant " plus que" 29 % de la population (vs 35 % en 2011).

Confirmation de ces évolutions en analysant les huit profils du mapping :

- Les éclaireurs (10,5 %) sont stables. Ils sont dans une consommation raisonnée et raisonnable. Ils veulent de la cohérence et surtout de la transparence et de la crédibilité. Cette cible est très influente.

- Les bio beaux (15,4 % vs 14 % en 2011) : ce sont les plus