Trophées de la réputation 2013 : Google, Danone et Michelin sur le podium

Publié le par

Si un produit ne fait pas une réputation, il y contribue fortement, selon Syntec Conseil en Relations Publics et l'institut Viavoice qui ont réalisé, auprès du grand public et de leaders d'opinion, un sondage sur les éléments de réputation des principales entreprises françaises et étrangères.

Trophées de la réputation 2013 : Google, Danone et Michelin sur le podium

Le produit n'est pas le seul et unique critère qui fait la réputation d'une entreprise : "la confiance est aussi une affaire de proximité, de qualité d'image et d'attention accordée aux publics", selon le baromètre " Publics-Réputation "(TM) réalisé tous les deux ans et publié par La Tribune. Syntec Conseil en Relations Publics et l'institut Viavoice considèrent et analysent la réputation comme une réalité polymorphe, se déployant sur plusieurs critères : confiance, qualité des prestations, responsabilité environnementale, responsabilité sociétale, présence internationale et perspectives d'avenir. Syntec Conseil en Relations Publics et l'institut Viavoice considèrent également que la réputation émane de plusieurs publics : grand public, actionnaires, salariés, jeunes (18-24 ans), militants de causes citoyennes et écologistes (1).

Les principaux résultats du baromètre "Publics-Réputation" :

- Une baisse générale de la réputation des grandes entreprises, que ce soit en termes de :
# confiance globale (50 % de note moyenne, en baisse de 3 points)
# qualité des produits et services proposés (47 %, -2)
# responsabilité environnementale (25 %, -2) ;

- La bonne tenue des entreprises " préférées des Français " et disposant d'une bonne réputation sur une batterie d'indicateurs :
# Google garde la tête du classement général de réputation ;
# Michelin reste en tête en termes de confiance et de qualité des prestations ;
# Yves Rocher demeure premier sur le classement RSE (responsabilité environnementale et sociale des entreprises)

- Des difficultés spécifiques pour l'industrie automobile
Après le phénomène de " déréputation " subi par le secteur bancaire lors de la crise de 2008, c'est aujourd'hui le secteur automobile qui est victime de ce phénomène en raison de la crise, de plans sociaux et de choix industriels parfois critiqués.

Les palmarès des trophées de la réputation 2013 :

Trophée de la réputation 2013 : Google, Danone, Michelin
A noter : Danone gagne trois places par rapport à 2011.

Source : ViaVoice/Syntec Conseil en relations publics

Catégories :

" Confiance globale " : Michelin, Décathlon, Leclerc

" Qualité des prestations " : Michelin, Danone, Google
À noter : un moins bon score de Danone auprès des écologistes.

" Responsabilité environnementale " : Yves Rocher, Décathlon, Leclerc

" Responsabilité sociale " : EDF, SNCF, Google
Service public qui protège ou services aux salariés d'une entreprise privée : il existe de fortes divergences de vues selon les publics.

" Responsabilité sociétale " : Yves Rocher, Danone, EDF

" Cohérence de la réputation " : SNCF, Peugeot, Banque Populaire
A noter : la SNCF ne se situe qu'au dix-septième rang du palmarès de réputation.

Consulter l'intégralité du palmarès

Les principales conclusions du palmarès de la réputation 2013 :

- la confiance est une affaire de proximité, de qualité d'image et d'attention accordée aux publics ;
- si un produit ne fait pas une réputation, il y contribue fortement ;
- la responsabilité environnementale se conjugue au soin du corps, par la beauté, le sport ou l'alimentation ;
- la responsabilité sociétale se décline en attention accordée à la santé, ou à la vie quotidienne des Français, pour les alimenter en énergie.

(1) Méthodologie
Le sondage a été réalisé en ligne du 18 au 25 février 2013 auprès de :
- Un échantillon grand public de 1003 personnes âgées de 18 ans et plus. Représentativité assurée par la méthode des quotas appliquée aux critères suivants : sexe, âge, profession, après stratification par région et catégorie d'agglomération.
- 500 actionnaires en France. Représentativité assurée par la méthode des quotas appliquée aux critères suivants : volume des portefeuilles et fréquence d'achat ou de vente. Au sein de l'échantillon grand public ont été identifiés les publics suivants :
- Salariés : 558 personnes ;
- 18-24 ans : 111 personnes ;
- Militants de causes citoyennes* : 202 personnes ;
- Ecologistes** : 114 personnes ;

* Les " militants de causes citoyennes " sont toutes les personnes ayant répondu " oui " à la question : " Êtes-vous membre d'une ou plusieurs association(s) d'intérêt général (citoyen, philanthropique, humanitaire ou social) ? "
** Les " écologistes " sont toutes les personnes ayant répondu " très proche " à la question : " Vous-même, vous sentez-vous très proche, assez proche, assez éloigné ou très éloigné des idées écologistes ? "

Mai : Marketing sensoriel, les tendances 2013

Les clés pour mesurer son R.O.I. social