MENU
Recherche

Les applis mobiles dans le collimateur de la Cnil

Publié par le | Mis à jour le
Les applis mobiles dans le collimateur de la Cnil

L'expérimentation menée par la Cnil et l'Inria sur six smartphones montre que certaines applis mobiles accèdent à des données sans lien direct avec une action de l'utilisateur ou un service offert par l'application, et représentent une menace potentielle pour la protection de la vie privée.

9 Go de données récoltées, 7 millions d'événements à analyser dans la base de données, 189 applications utilisées, 41 000 événements de géolocalisation, soit 76 événements par jour et par volontaire... La Cnil (1) et l'Inria (2) ont analysé les données enregistrées, stockées et diffusées par les smartphones d'Apple. L'expérimentation "in vivo" a porté sur six smartphones uniquement : pendant trois mois, des volontaires de la Cnil ont utilisé ces iPhones au quotidien.

Sur les 189 applications utilisées, il apparaît que plus de 9 applications sur 10 accèdent à Internet alors que cela ne se justifie pas forcément. Certains éditeurs s'en servent pour envoyer des cookies... comme sur un ordinateur. Quelques applications utilisées accèdent à la grande majorité des données "avec une intensité qui semble dépasser le seul besoin des fonctions de ces applications". Certaines accèdent à des données sans lien direct avec une action