MENU
Recherche
}

L'e-mail marketing a encore une marge de progression

Publié par le | Mis à jour le
L'e-mail marketing a encore une marge de progression

Dolist publie son enquête annuelle sur les pratiques et tendances de l'e-mail marketing en France. Le développement du nombre de contacts et l'amélioration de la qualification des fichiers font partie des objectifs des annonceurs. Mais les bonnes pratiques sont loin d'être toutes assimilées…

« L’image d’un canal performant, facile à mettre en œuvre et peu coûteux est en train de changer, constate Jean-Paul Lieux, directeur associé de Dolist. L’e-mail marketing est devenu plus mature, le métier se professionnalise, les annonceurs sont davantage responsables. » Fini donc le “canon à mails”, la pression sur les contacts est en baisse : les envois de plus de huit messages mensuels chutent de 43 % en deux ans. Réalisée en partenariat avec l’Aden, l’Adetem et l’OHM, l’enquête Dolist(1) sur les pratiques et tendances de l’e-mail marketing montre que la newsletter reste un canal privilégié par les annonceurs. La volumétrie de messages envoyés continue à croître. 90 % des répondants ont déclaré que leur budget 2012 sera équivalent ou en hausse par rapport à celui de l’année précédente.

Néanmoins, Jean-Paul Lieux considère qu’il faut encore sensibiliser les entreprises aux bonnes pratiques et faire de la pédagogie. « À sa création, Dolist était essentiellement un prestataire d’outils, raconte-t-il. Aujourd’hui, nous avons une forte demande de conseil et d’accompagnement dans la mise en œuvre opérationnelle : création du message, qualité de la base de données, segmentation, délivrabilité… » Par exemple, les annonceurs sont encore obsédés par des indicateurs