My Major Company se lance dans la sauvegarde du patrimoine

Publié le par

Après avoir lorgné du côté de la musique, de la BD, du sport et de la presse avec le magazine Paulette, My Major Company s'investit dans l'aide à la restauration des monuments nationaux. Un appel au mécénat populaire qui pourrait encore élargir son public.

My Major Company se lance dans la sauvegarde du patrimoine

Trois millions d’euros. C’est la somme nécessaire pour restaurer le pont-levis en bois de l’abbaye du Mont-Saint-Michel. Une somme considérable, mais anecdotique comparée aux 19 millions requis pour rénover le dôme du Panthéon. Pour financer ces projets, My Major Company invite depuis le mercredi 7 novembre 2012 les internautes à contribuer. Comment ? Par un soutien en ligne de n'importe quel montant, même d’un euro. Deux autres monuments participent à ce nouveau modèle de financement du patrimoine : le domaine national de Saint-Cloud et le château de Carcassonne.

Baptisé Tous mécènes, ce dispositif, mis en place en partenariat avec le Centre des monuments nationaux (CNM), permet à la plateforme de crowdfunding d’élargir son champ d’action dans le mécénat populaire, son fer de lance. Depuis sa création en 2007, My Major Company a récolté plus de 12 millions d’euros, notamment dans le domaine de la promotion d’artistes musicaux.

Pour trouver un nouveau public, la société de Michael Goldman a étendu son modèle au livre en 2010 et à la bande dessinée en 2011, avant de passer au sport en septembre 2012 via un soutien financier au club de football du RC Lens, alors dépourvu de sponsor pour son maillot (cette opération devrait d'ailleurs bientôt s’arrêter, faute de fonds : 5 000 euros seulement ont été réunis sur les 250 000 euros requis). Enfin, dans le même temps que son opération de mécénat culturel, le site se lance dans le financement de la presse via Paulette, un magazine féminin 100 % participatif qui doit réunir la somme de 25 000 euros avant sa publication en kiosques en février 2013.

Présentation du dispositif de mécénat du Mont-Saint-Michel avec My Major Company :

Convaincre les internautes

« Quand on a lancé My Major Company, on était dans un contexte de crise du disque, rappelle à TF1 Victor Lugger, directeur général du site. Aujourd'hui, on est dans un contexte de crise "généralisée". À tous les niveaux, il y a besoin d'argent pour la culture, on l'a encore vu quand la ministre de la Culture a dû couper les budgets pour Lascaux 4. »

Mais comment convaincre les internautes de participer ? D'une part, en récompensant les mécènes, qui verront leurs photos affichées pour une durée de six mois sur les monuments dont ils ont permis la rénovation (voir ci-dessous pour le Mont-Saint-Michel). D'autre part, en jouant sur l'interactivité d'Internet : « Nous aidons les porteurs de projets à en parler de manière dynamique, avec de la vidéo. En soutenant un projet, les internautes se l'approprient, ils interagissent en quelque sorte avec le patrimoine et s'en rapprochent », explique Victor Lugger.

Amendement "Nutella" : la chasse à l'huile de palme est ouverte

Innocent et la SNCF inventent le "tricot à grande vitesse"