Recherche

[m-commerce] Zoomdle, le Shazam de la mode

Publié par le - mis à jour à
[m-commerce] Zoomdle, le Shazam de la mode

"Je lis, je flashe, j'achète", c'est le concept de l'application Zoomdle, qui permet au lecteur de "shopper" en un flash ses coups de coeur vus dans la presse. Expérimenté au sein du groupe Mondadori (Biba, Grazia, Vitale), ce dispositif de "flash & buy" pourrait ouvrir d'alléchantes perspectives.

  • Imprimer

Imaginez juste que n'importe quel support devienne un canal de vente directe : presse magazine, catalogues, mais aussi flyers, affiches.... Et qu'en un clic sur votre smartphone, vous accédiez au produit. C'est la vision et l'ambition de Zoomdle, créée en janvier et qui a lancé au printemps dernier son application m-commerce. Qui voit grand démarre petit : pour tester son concept, la start-up a d'abord choisi de travailler avec la presse féminine, et plus précisément le groupe Mondadori. Le pari ? Repenser l'achat en proposant une expérience omnicanale, mobile et fluide.

Le principe du "flash and buy"


En s'appuyant sur une technologie de reconnaissance visuelle ultra-pointue pour identifier exactement l'article pris en photo dans les pages mode des supports partenaires, l'application propose une expérience différente du shopping. Le principe est simple : une fois flashé avec votre smartphone via l'application, le produit s'affiche sur l'e-shop Zoomdle où le consommateur l'achète en un clic et le reçoit sous 48 heures maximum. Une idée ingénieuse et qui a tout pour plaire aux parties prenantes : la marque y trouve un nouveau moyen de vendre, l'éditeur propose un service à valeur ajoutée à son lectorat et le lecteur-consommateur peut désormais s'offrir dans l'instant le produit qui lui plaît. "Intégrer le geste d'achat à celui de feuilleter le magazine fluidifie intelligemment l'acte d'achat, le but ultime du marchand (...) Beaucoup de magazines se résument actuellement à des catalogues de vente [beauté, décoration, high-tech, automobile, sorties et spectacles, NDLR]", souligne Axel Canus dans une interview récemment donnée à L'Atelier BNP Paribas.

M-commerce et achats d'impulsion

Le marché est porteur : l'achat en ligne est rentré en force dans les usages (quasiment la moitié de la population française achète en ligne, soit 32 millions de cyber-acheteurs) et le m-commerce explose (1). Par ailleurs, les consommateurs plébiscitent tout ce qui facilite l'achat et leur évite un processus jugé fastidieux : avec Zoomdle, pas besoin de se rendre sur un site internet pour effectuer une recherche. Aussitôt lu et vu, aussitôt acheté en somme ! Autant dire que le m-commerce recèle un fort potentiel pour favoriser les achats d'impulsion.

Pour se lancer, Zoomdle a choisi la presse féminine, reconnue pour son fort pouvoir de prescription (cf article d'emarketing ici), et a développé un premier partenariat éditorial avec Biba, Grazia et Vital (groupe Mondadori). Les trois magazines ont conçu une rubrique 100% dédiée à l'application où les produits, fruits de la sélection des journalistes, sont mis en avant et estampillés d'une pastille Zoomdle.

Pour l'heure, seules quelques pages sont concernées. Zoomdle a choisi d'opter pour une stratégie de "soft launch" et veut s'assurer, avant de communiquer plus activement sur son offre auprès du public, que ni couac technologique, ni problème logistique ne viennent altérer l'expérience consommateur. " Ce qui nous intéresse, c'est la révolution dans le modèle d'achat. La progression des ventes est forte sachant que le début a été prudent. Le modèle prend ses marques ", commente Anne Philipp, responsable marketing, communication et qualité du groupe Mondadori. Mais que ce soit du côté des annonceurs ou des médias, les possibilités qu'ouvre la technologie de reconnaissance visuelle sont alléchantes.

Une opportunité de revenu pour la presse et les marques

Outre de proposer un service à valeur ajoutée à leurs lectrices, les éditeurs y gagnent dans la mesure où Zoomdle leur verse une contribution financière. A terme, la start-up souhaite rendre "shoppable" l'ensemble des pages "produits" des magazines et élargir sa cible à d'autres domaines : décoration, beauté masculine, high-tech, etc. Enfin, si le dispositif ne s'applique actuellement qu'à l'éditorial, Zoomdle ne s'interdit pas de l'étendre aux pages publicités des magazines. Les régies offriraient alors un canal de vente directe à leurs annonceurs. De quoi faire saliver la presse, à la recherche tous azimuts de sources de revenus.

Autre axe d'application possible : la vente à distance et les catalogues "produit". Un tel système pourrait très bien s'adapter à des enseignes comme La Redoute, Leroy Merlin ou Ikea. La prise de commande se ferait directement à partir du catalogue papier.

Au final, le champ des possibles est large, tout support étant in fine exploitable. Flyers, affichage extérieur - abribus ou stations de métro -, le "flash & buy" laisse entrevoir de belles perspectives aux marques, et aux acteurs média qui les diffusent.


(1) Le m-commerce (smartphones et tablettes, sites mobiles et applications hors téléchargements d'application et hors ventes sur les places de marchés) a progressé de 76% au 1er trimestre 2014 par rapport au 1er trimestre 2013. Les ventes sur terminaux mobiles (smartphones et tablettes) représentent en moyenne 19% du chiffre d'affaires des sites marchands. Source : Fevad.


Business model et monétisation

En tant qu'e-commerçant, Zoomdle ne fait pas d'affiliation mais achète en amont les produits préalablement sourcés. Gardant la main mise de l'achat à la livraison pour éviter tout intermédiaire, Zoomdle négocie des partenariats auprès des titres de presse auxquels il reverse une contribution. Une fois les produits sélectionnés par les journalistes de la rédaction, Zoomdle achète ensuite directement auprès des marques des stocks en gros qu'elle revend ensuite sur sa plateforme.


Pour en savoir plus sur la prescription média et l'achat en ligne : l'article Modaclic et Selectionnist convertissent les lectrices en shoppeuses