Recherche

Le drive, un modèle économique enfin décrypté

Publié par le
Le drive, un modèle économique enfin décrypté

Le cabinet d'études marketing Parabellum décrypte le drive en France. Les clients apprécient cette nouvelle forme de vente qui est pour 96 % d'entre eux le canal principal d'approvisionnement.

  • Imprimer

L'étude “Le drive, au-delà des évidences”* vient d'être rendue publique au siège de l'Institut français du merchandising (IFM). C'est la première étude du genre en France. Menée par le cabinet d'études marketing Parabellum en collaboration avec le CNRS et l'Institut de gestion de Rennes (IGR), elle décrit le comportement des “drivacheteurs” et démonte quelques idées reçues. Né en 2000, dans la quasi indifférence générale, le drive c'est aujourd'hui 600 points de contact (accolés aux magasins ou en solo). Un concept “naissant en constante évolution”, relève l'étude.

Les principaux enseignements

Le panier moyen à 101 euros est un marqueur fort de l'étude. Il est deux à trois fois supérieur à celui en super ou en hyper. Il est également équivalent suivant les différentes catégories sociales professionnelles. Il atteint à l'année une projection de 3 200 euros, soit quatre fois plus que le panier moyen maximum enregistré dans une grande surface. Les principales motivations exprimées : gain de temps et praticité, l'aire d'attraction étant celle de la proximité. En effet, 80 % des clients se trouvent à 15 minutes maximum d'un drive. Ils viennent à 51 % de leur domicile et 49 % de leur travail. 80 % des clients commandent plusieurs fois par mois (avec une prédilection pour le vendredi et le samedi) et sont fidèles à 91 % à leur drive. 76 % d'entre eux ont une carte de fidélité.

Le drive est un format nettement moins féminin que l’hyper. Certes les femmes sont plus nombreuses que les hommes (54 %) parmi les 984 clients interrogés par Parabellum, mais elles le sont plus encore dans les hypers et supers (de 70 à 75 % selon les études). Les clients du drive sont en majorité des jeunes avec des foyers à plus de trois individus. 62 % des clients sont issus de professions intermédiaires, employés ou ouvriers. 34 % sont des cadres, des artisans ou des chefs d'entreprise.

Enfin 96 % des clients de drive disent l’utiliser comme magasin principal. La fidélité au format est donc très ancrée ! Seuls 5 % des clients le considèrent comme un magasin de dépannage. Enfin, pour se faire connaître auprès des consommateurs, le bouche à oreille entre collègues reste le canal principal de communication (27 %), suivi par Internet (54 %) et par l'enseigne elle-même (15 %). À noter que 72 % des clients sont déjà clients de l'enseigne.

Typologie des produits achetés

Tous les produits, sans exception, sont achetés via ce canal. Avec, dans l'ordre : l'épicerie salée (97 %), l'épicerie sucrée (96 %), les boissons (94 %) les produits frais (88 %), l'hygiène (88 %), les produits d'entretien (86 %), les produits du marché et les surgelés étant en baisse relative.

* Étude menée conjointement avec le CNRS et l'Institut de gestion de Rennes, auprès de 984 clients, du 16 octobre au 10 décembre 2010. 30 questions posées auprès de clients de drive dans le Grand Ouest.

AMELLE NEBIA

AMELLE NEBIA

Chef de Rubrique

Chef de rubrique Marketing Magazine et emarketing.fr. En veille sur le retail, la consommation, le marketing produit food, les formations supérieures [...]...

Voir la fiche
Ralentissement de croissance pour le drive

Ralentissement de croissance pour le drive

Ralentissement de croissance pour le drive

Alors que les taux d'équipement sont élevés et qu'une partie des consommateurs a adopté ce canal de livraison, il semble que le drive s'essouffle. [...]

[Livre] "Au secours, ma vie se digitalise!"

[Livre] "Au secours, ma vie se digitalise!"

[Livre] "Au secours, ma vie se digitalise!"

L'ouvrage de Xavier Perret et Guy Jacquemelle décrypte la transformation digitale, objet de tous les espoirs et de toutes les craintes, au travers [...]

"Le papier connecté permet d'interagir avec la marque"

"Le papier connecté permet d'interagir avec la marque"

"Le papier connecté permet d'interagir avec la marque"

Gautier Pigasse, VP Mobile Marketing chez ADSP, décrypte la tendance du papier connecté et analyse le champ des possibles qui s'ouvre aux marques. [...]

Quand l'émotion devient une donnée mesurable

Quand l'émotion devient une donnée mesurable

Quand l'émotion devient une donnée mesurable

Capter les émotions des consommateurs et les utiliser comme n'importe quelle autre donnée marketing. Un nouvelle étape sera bientôt franchie [...]

[Sommets du Digital ] Les consommateurs en mutation

[Sommets du Digital ] Les consommateurs en mutation

[Sommets du Digital ] Les consommateurs en mutation

La table ronde d'ouverture des Sommets du Digital portait sur le thème : nouveaux consommateurs, nouveaux marketeur(s). Un sujet décrypté par [...]