MENU
Recherche

Infographie L'e-mail marketing évolue vers un modèle plus qualitatif

Publié par le

De l'étude "Pratiques & Tendances de l'email marketing en France", menée par Dolist, il ressort que les annonceurs, qui en ont une perception globale positive, font évoluer l'e-mail marketing vers un modèle plus qualitatif... à leur rythme.

  • Imprimer

Source : http://www.dolist.net/tendances2013

Pour connaître les tendances du marché et l'évolution des pratiques de l'e-mail marketing dans l'Hexagone, Dolist a réalisé, pour la quatrième année consécutive, une enquête intitulée "Pratiques & Tendances de l'email marketing en France". De cette étude très complète, qui a également donné naissance à une infographie, Dolist tire lés conclusions suivantes:

Si la collecte de données reste un objectif important des annonceurs français, les professionnels semblent avoir aussi compris qu'il fallait mettre en place de véritables stratégies de fidélisation :

- pour les prospects, avec des objectifs de transformation,

- pour les clients, avec pour but de les faire revenir.

Plusieurs sujets émergents sont également à surveiller :

- la mise en place de stratégies de contenus et de ciblage, en réponse aux attentes des internautes, et le développement de la légitimité des communications, l'intégration du canal e-mail dans l'écosystème "technico-digital" avec la mise en place de Web Services, d'API et de connecteurs, l'automatisation du marketing relationnel (Trigger Marketing par e-mail), la réelle prise en compte de la tendance 'mobile' et de la consultation multisupport des messages.

Avec une perception globale qui reste positive, les annonceurs font évoluer l'e-mail marketing vers un modèle plus qualitatif... à leur rythme.

Quelques grandes tendances, parmi toutes celles observées dans l'étude :

- analyse des performances de campagnes e-mail: les propriétaires de grandes bases de données suivent davantage le taux de transformation de leurs opérations par e-mail. À l'inverse, et sans surprise, les professionnels ne suivant pas d'indicateurs de performance possèdent de petits fichiers de contacts.

- gestion des messages et des envois: les professionnels en possession de grandes bases de données utilisent davantage les techniques de personnalisation simple.

- Côté personnalisation avancée, les interrogés l'ayant déjà mis en place réalisent également le webtracking de leurs campagnes e-mails. Par contre, le B2B et les propriétaires de petites listes de diffusion sont bien moins enclins à mettre en place de la personnalisation dynamique de contenus que le B2C, le B2B2C et les détenteurs de grandes bases.

- Le ciblage comportemental des messages apparaît moins prioritaire pour le B2B et les propriétaires de petites listes de contacts.

- Les e-mails transactionnels et automatisés semblent plus fortement plébiscités par le B2C, les possesseurs de grands fichiers et, comme on peut l'imaginer, par les e-commerçants. En toute logique, cette pratique va de pair avec le couplage du système d'information et de la base de données dédiée aux envois. Ces répondants identifient par ailleurs le ciblage comportemental comme LA stratégie de l'année.

- tests des messages e-mails : Par rapport au B2C, le B2B semble avoir une moindre volonté à mettre en place des split tests cette année. Les détenteurs de grandes bases de données ainsi que les secteurs de l'assurance et de l'immobilier ont quant à eux déjà franchi le cap, tout comme les agences web qui impulsent fortement cette bonne pratique. À noter que les professionnels ayant en projet la mise en place de ce type de test d'optimisation ont également tendance à avoir pour objectif de l'année l'amélioration de la pertinence de leurs campagnes.

- e-mail et multicanal :

- Le B2B2C s'oriente vers l'optimisation des messages pour la consultation mobile, alors que le B2B et les propriétaires de petits fichiers tendent encore à s'y refuser. Les professionnels en possession de grandes bases ainsi que les agences web sont quant à eux déjà bien positionnés sur le sujet.

- La synergie entre le canal e-mail et les réseaux sociaux semble davantage sous-estimée par le B2B.

- L'intégration de vidéos aux messages a déjà été réalisée pour bon nombre de détenteurs de très grandes bases ainsi que pour les secteurs informatique, télécommunications et SSII. Elle serait au programme des propriétaires de moyennes listes diffusion.

- Le secteur du B2B a une plus forte tendance à coupler les opérations d'e-mail marketing et les campagnes téléphoniques. Idem pour les secteurs de l'assurance & immobilier, de la banque & finance, de l'enseignement & formation, des services aux entreprises ainsi que des télécommunications & SSII. À l'inverse, le B2C ne le prévoit pas du tout, tout comme les agences web, les secteurs de l'artisanat, du commerce ou de la mode et du textile.

- La VPC est, sans surprise, déjà positionnée sur le couplage de stratégies e-mail marketing et de publipostage.

Pour avoir l'étude complète: www.dolist.net/tendances 2013

no pic

Aude Guesnon

Rédactrice en chef de décision-achats.fr et de Décision Achats

Après avoir exercé plus de dix ans en tant que réactrice en presse quotidienne, j’ai voulu découvrir un autre pan du métier : je suis devenue secrétaire [...]...

Voir la fiche