MENU
Recherche
}

"Demain, l'e-marketer devra peut-être savoir anticiper la disparition de Facebook"

Publié par le - mis à jour à
'Demain, l'e-marketer devra peut-être savoir anticiper la disparition de Facebook'

Quel est le portrait-robot de l'e-marketeur ? Il travaille en agence dans 31% des cas, chez l'annonceur (21%) et est plus entrepreneur que la moyenne (16%). Vincent Montet, responsable du MBA Internet/marketing, présente une étude Limelight/Grenade & Sparks, révélée au Forum E-marketing.

Alors que les entreprises doivent se digitaliser à vitesse accélérée, une nouvelle génération de responsables marketing fait son apparition et mène carrière souvent au rythme très rapide du Web.

Quel parcours suivent-ils, en agence ou chez l’annonceur ? Quelles sont leurs compétences ? Comment cette fonction va-t-elle évoluer ? Réponses avec Vincent Montel, responsable du MBA Internet/marketing à Léonard De Vinci. Animateur de cette "communauté" des anciens du MBA, qui ont essaimé dans des entreprises comme FullSIX, Tradedoubler, Isobar ou Vente privée…Vincent Montel dévoilait le 24 janvier, au Forum E-marketing, un sondage auprès des 350 ex-élèves de cette formation.

Entretien avec Vincent Montet, responsable du MBA Internet/marketing à Léonard De Vinci.

Comment fait-on carrière en 2012 quand on est un e-marketeur ?

D’après notre enquête, les diplômés du MBA Internet/marketing de Léonard de Vinci(1), sont employés en agence (31%), chez l’annonceur (29%) ou encore chez les pure players du Web (23%) ou les prestataires e-commerce et e-marketing (16%). Ils se dirigent encore majoritairement vers les agences digitales, même si les agences de communication globales et les agences médias interviennent de plus en plus sur ce marché. Ils ont compris l’enjeu que cela représentait. Notamment les agences médias. Avant, un professionnel du marketing achetait de l’espace en TV, en presse, dans l’affichage. Aujourd’hui, il lui faut arbitrer entre sept leviers d’actions digitaux