Recherche

Événementiel : les agences optimistes sur la conjoncture

Publié par le
Événementiel : les agences optimistes sur la conjoncture

Malgré les craintes d'une crise boursière, 75 % des agences de l'ANAé (Association des agences de communication événementielle) jugent la situation du marché “plutôt bonne”. Leurs marges progressent.

  • Imprimer

Près de 50 % des agences d’événementiel interrogées par l’ANAé (Association des agences de communication événementielle) pour son baromètre trimestriel estiment que leur business va se développer dans les prochains mois. D’après leurs projections, leurs marges brutes seraient en augmentation de 3,9 % par rapport 2010.

Des signes de bonne santé

La crise économique de 2008 a sans doute eu un effet pédagogique, note l’association qui regroupe 60 agences. Les entreprises ont compris qu’il était indispensable de continuer à communiquer avec leurs salariés et leurs clients quelle que soit la situation économique.
Au début de l’année, plus de 40 % des agences ont répondu à un nombre croissant (+ 5,6 % depuis septembre 2010) d’appels d’offres. Les agences ont d’ailleurs procédé à des recrutements (75 % des agences sont dans ce cas contre 66 % en mars) et continueront à le faire dans les six mois à venir (80 % des agences envisagent de renforcer leurs effectifs).

Coup de froid sur les relations agences-annonceurs

En revanche sur les relations agences-annonceurs, le temps n’est pas au beau fixe : 65 % des entreprises du secteur constatent, depuis le début de l’année, un raccourcissement significatif du temps dont elles disposent pour répondre aux briefs. Près de 40 % des compétitions mettent en moyenne 4,3 agences en concurrence.

La typologie des opérations ne varie guère. Depuis la rentrée, les opérations de communication interne (conventions, séminaires, etc.) confirment leur place de numéro un devant les événements externes. Les voyages de motivation et les incentives connaissent une quasi-stabilité. À noter que, en moyenne, les agences de l’ANAé proposent une démarche écoresponsable sur près de 24 % de leurs projets.