Recherche

Polémique sur l'évolution des règles publicitaires de Radio France

Publié par le

Les patrons des radios privées contestent l'ouverture de la radio publique à la publicité commerciale.

  • Imprimer

Si l'Etat autorise la publicité commerciale sur Radio France, La Tribune n'aura plus de repreneur. C'est la menace proférée par Alain Weill, le président du groupe NextRadioTV, en réaction à la demande de Radio France d'accéder au marché de la publicité commerciale pour augmenter son chiffre d'affaires. Le groupe qui ne peut aujourd'hui diffuser que 30 minutes de publicité par jour et seulement d'annonceurs publics, mutualistes ou défendant un intérêt général pourrait, selon les propos de Christine Albanel, la ministre de la Culture, passer à 20 minutes de diffusion par jour mais s'ouvrir aux annonceurs du secteur privé. Les patrons des grandes radio privées (RTL, Lagardère, NRJ et NextRadioTv) étaient reçus par le cabinet du ministre le 19 décembre pour exprimer leur point de vue. Selon Martin Adjari, le directeur général délégué de Radio France, les protestations d'Alain Weill qui parlait de "saignée pour les radios privées" sont cependant "disprortionnées", précisant que le groupe représente environ 5 % du marché publicitaire de la radio (1 million d'euros).

Une pétition contre un éventuel assouplissement des règles publicitaires a par ailleurs été mise en circulation par les syndicats de Radio France ainsi que la Société des journalistes.