Recherche
En ce moment En ce moment

Les marketeurs américains toujours méfiants envers le consommateur

Publié par le

Selon une étude PRWeek / MS&L, seulement 12 % des responsables marketing américains déclarent que le Consumer Generated Content est très important dans leur plateforme marketing. Et seuls 22 % sont prêts à laisser les consommateurs jouer un rôle significatif dans leur programme marketing.

  • Imprimer
Si les marketeurs sont aujourd'hui conscients du pouvoir d'influence des consommateurs, ils sont encore réticents à leurs laisser jouer un rôle de premier plan dans leurs programmes marketing. C'est ce qui se dégage d'une étude, "Marketing Management" PRWeek / MS&L, réalisée aux Etats-Unis par Millward Brown.

Selon l'étude, seulement 12 % des responsables marketing américains déclarent que le CGM - Consumer Generated Media - est très important dans leur plateforme marketing, 44,5 % que c'est important et 14 % que ce n'est pas important du tout. 22 % seulement des marketeurs s'avouent d'ailleurs prêts à laisser les consommateurs jouer un rôle significatif dans leur programme marketing.

Leurs outils marketing préférés restent donc l'activité on line traditionnelle (82 %), le ciblage des influenceurs et les relations presse. Les CGM se classent presque derniers avec 43 % de réponses. Quant à la technique digitale la plus utilisée, il s'agit de la production de sites internet (71%) et des post-tests on line sur les stratégies marketing et produits (50 %). Les vidéo-blogs (8 %), textos (10 %) et Consumer Generated Marketing (14 %) restent encore peu développés.

Malgré tout, les responsables marketing saisissent l'importance des nouveaux médias qui présentent de nombreux avantages : l'innovation et la capacité à se renouveler (36 %), la conviction d'un coût de rendement intéressant par rapport au marketing traditionnel et, en particulier, à la publicité (32 %) et la crédibilité déclinante de la publicité et du marketing traditionnel (31 %). Leur réticence provient du fait qu'il n'y a pas de retour sur investissement clair (32 %) et qu'ils ne veulent pas que les consommateurs soient "trop liés à leur business" (6 %). Un tiers des interviewés prétexte le véto de leur direction. Les budgets impartis aux nouveaux médias et aux CGM constituent un autre problème : 31 % des répondants ont déclaré ne pas avoir de budget pour ces programmes et 44 % disent qu'il n'y a pas eu de changement sur le montant des financements depuis l'an passé.

Selon l'étude, près de 50 % des personnes interviewées dépensent 10 % ou moins de leur budget marketing dans les nouveaux médias et les CGM. Les secteurs industriels et technologiques dépensent le plus, suivis par le consumer, la santé et le B to B.
[Infographie] Les professionnels face à l'emailing

[Infographie] Les professionnels face à l'emailing

[Infographie] Les professionnels face à l'emailing

Il a seulement quelques jours loccasion du salon Paris Retail Week la SNCD et ses partenaires pour lannee 2017 Combbase EmailStrategie Kompass [...]

Quand les marques se muent en service public

Quand les marques se muent en service public

Quand les marques se muent en service public

Loin des seules preoccupations mercantiles nombre de marques ont fait de espace public leur terrain expression et de business Une tendance qui [...]

Audrey Barbier-Litvak prend la tête de WeWork France

Audrey Barbier-Litvak prend la tête de WeWork France

Audrey Barbier-Litvak prend la tête de WeWork France

compter octobre 2017 Audrey Barbier Litvak va prendre la direction generale du geant du co working WeWork en France ancienne dg de Glossybox [...]

Quel sera le visage du marketing digital en 2017?

Quel sera le visage du marketing digital en 2017?

Quel sera le visage du marketing digital en 2017?

Vivial entreprise americaine specialisee dans le marketing local dresse le portrait du marketing digital en 2017 Voici les tendances ne pas [...]

Conférence sur les media immersifs

Conférence sur les media immersifs

Conférence sur les media immersifs

Realite virtuelle augmentee ou mixte Les medias immersifs ne cessent de se sophistiquer de se democratiser et donc de employer imposant toujours [...]