Recherche

Le succès du hard-discount décrypté par TNS

Publié par le

L'institut de sondage a analysé les raisons du succès du hard-discount en 2008. Outre le contexte de crise, la stratégie commerciale des distributeurs du secteur y est pour beaucoup.

  • Imprimer

En 2008, le circuit de la distribution hard-discount (HD) affiche 14,3% de part de marché valeur, soit +0,7% par rapport à 2007. C'est son plus haut niveau depuis ses débuts en France en 1988. L'étude TNS Worldpanel sur ce secteur démontre par ailleurs que 44% de la croissance du chiffre d’affaires total de l’enseigne Lidl provient du référencement des marques nationales dans ses magasins. Elles sont utilisées par le HD non seulement pour attirer les clients mais aussi pour les fidéliser. Et les marques nationales ne s'en portent que mieux. En effet, pour 8 grandes marques nationales, Lidl représente à elle seule leur première source de chiffre d'affaires. Leur référencement en hard-discount permettant de compenser partiellement leur désaffection en GMS classiques (hypers, supers, supérettes), où elles subissent la concurrence des marques de distributeurs. Enfin, dernier point et non des moindres, la “cote d’amour” du hard-discount progresse de plus de 8 points en 2008 et les classes aisées, mais aussi les réfractaires (désintéressés par la consommation et la recherche de prix et promotions) et même les biocitoyens et hédonistes se sont laissés convaincre par cette formule en 2008.