Recherche

LEN : fureur et accablement

Publié par le

Sitôt examinée par les députés de l'Assemblée Nationale, la LEN met le feu aux poudres dans le petit monde des intermédiaires techniques de l'Internet (FAI et hébergeurs). Qui s'insurgent contre certains amendements apportés au texte lors de sa seconde lecture. En cause : le caractère "liberticide" de ces dispositions. « C'est l'Internet tel que nous le connaissons dans tous les pays démocratiques qui est remis en cause », alerte le président de Tiscali, Rafi Kouyoumdjian, tandis qu'au sein de l'AFA (Association des fournisseurs d'accès à Internet), le ton s'enflamme. On craint certaines dérives induites par les nouvelles dispositions qui, au prétexte d'enrayer la diffusion d'une certaine catégorie de contenus illicites (pédophilie, incitations à la haine raciale, révisionnistes et négationnistes), obligeraient les FAI à exercer un contrôle "a priori" de tous les contenus. C'est-à-dire de les examiner avant leur diffusion sur le réseau, alors qu'aujourd'hui ce contrôle se fait a posteriori. Derrière cette nuance sémantique, c'est la fatale dérive vers un Internet censuré qu'ils entrevoient et dénoncent. La menace d'un Internet "à la Chinoise" plane sur l'Hexagone : « Si le texte n'est pas modifié par le Sénat, nous supprimerons tous les contenus personnels », ont indiqué, unanimes, les membres de l'AFA.
Les DMP, quels investissements pour quel ROI?

Les DMP, quels investissements pour quel ROI?

Les DMP, quels investissements pour quel ROI?

Le 22 juin, l'IREP, le CESP et l'IAB consacraient leur journée à la mesure du digital. Avec un focus particulier sur le ROI du traitement des [...]

[Cannes Lions] Les campagnes françaises les plus primées

[Cannes Lions] Les campagnes françaises les plus primées

[Cannes Lions] Les campagnes françaises les plus primées

La 64e édition du Festival International de la Créativité s'est clôturée ce samedi 24 juin 2017. Sur les 41.170 travaux publicitaires en compétition, [...]