Recherche

L'écologie, troisième critère d'achat pour une voiture neuve

Publié par le

65% des futurs acheteurs placent l'écologie comme troisième critère de choix, juste après le prix (75%) et la sécurité (72%), selon une enquête de Choisir-sa-voiture-ecologique.com.

  • Imprimer

L’écologie devient un critère de plus en plus important dans l'achat d'une voiture. C'est ce que révèle une enquête réalisée par le site Choisir-sa-voiture-ecologique.com. Selon celle-ci, l’écologie est déjà le troisième critère d’achat d’une voiture neuve. Ainsi, 65% des futurs acheteurs placent l’écologie juste après le prix (75%) et la sécurité (72%) et largement devant le design et la valeur de revente future de leur prochaine voiture (38%). Mais attention, pour eux, une voiture est “écologique” si celle-ci utilise l’énergie la moins polluante possible.

De plus, au delà de l’effet bonus/malus, les acheteurs font état d'une réelle prise de conscience. 53% des futurs acheteurs souhaitent acheter une voiture dotée d’un bonus écologique (rejetant moins de 130g de CO2) et ils ne sont plus que 4% d’irréductibles à envisager, en connaissance de cause, d’acheter une voiture malussée. Deux raisons principales à cet engouement certain pour les voitures écologiques : “Contribuer à la protection de l’environnement” (45%) et “Faire des économies sur la consommation du véhicule” (44%). Par comparaison, le système du bonus n’est quant à lui cité que par 4% des interrogés comme raison principale d’achat d’une voiture propre.

Concernant le prix, 43% des futurs acheteurs se disent prêts à payer plus cher pour une voiture écologique. La majorité d’entre eux (35%) acceptant un prix supérieur de 5 à 10% par rapport au prix “normal”. Ils restent cependant 57% à ne pas vouloir consentir d’effort particulier.

Les personnes ayant répondu à l’enquête restent néanmoins pragmatiques par rapport à la réalité du marché : 29% d’entre elles considèrent que les énergies alternatives restent trop peu répandues pour acheter une voiture écologique, 26% estiment que le prix de vente des modèles écologiques actuels reste un frein et 20% ne trouvent aucun de ces modèles à leur goût. Ils sont enfin 47% à refuser de remplacer leur voiture actuelle par un modèle équivalent doté d’une motorisation électrique, considérant que la technologie n’est pas au point.