Recherche

Publicité online : Firefox veut croquer les "cookies-tiers"

Publié par le - mis à jour à
Firefox, le petit panda roux qui n'aime pas les cookies
© DR
Firefox, le petit panda roux qui n'aime pas les cookies

Le navigateur au petit panda roux n'aime pas la pub contextuelle et veut en débarrasser la Toile. Mais l'enfer est pavé de bonnes intentions et surfer gratuitement n'en deviendra que plus difficile.

  • Imprimer

Figurez-vous que la prochaine version de Firefox, le navigateur chic qui est à Explorer ce qu'Apple est au monde PC, permettra à ses utilisateurs de ne plus accepter les cookies par défaut. Dit comme ça, ça sonne plutôt comme une bonne chose : les cookies sont de vilaines petites bestioles un poil trop curieuses, dont le seul but dans la vie semble être de vous suivre à la trace sur le Web et de vous inonder de spams pour Viagra depuis que vous vous êtes -oh, bien innocemment- renseigné sur la fatigue chronique des quadras chauves sur Doctissimo.

Alors un navigateur qui leur claque carrément la porte au nez, hein, pourquoi pas ? D'autant plus que ne seront bloqués que les cookies " tiers ", c'est-à-dire les cookies expédiés par une entreprise autre que celle dont vous visitez le site.

Le hic, pour autant, c'est qu'à force de faire barrage à la pub au nom du droit inaliénable de tout internaute à ne pas devoir effacer son historique de recherche après chaque session pour éviter d'être traité de pervers par les autres utilisateurs de l'ordi familial, c'est que réclames et promos sont à peu près les seuls moyens de faire perdurer un Internet essentiellement gratuit. On avait d'ailleurs déjà évoqué ce problème lorsque Free s'était avisé d'empêcher ses abonnés de céder leur temps de cerveau disponible à Coca-Cola, et il semblait qu'un vague consensus avait fini par s'établir entre les factions.

Mais que nenni, en fait. Et l'initiative de Firefox relancera fatalement le débat. La commentant dans Le Monde, le patron d'une boîte d'achat d'espace (Jérémie Bugard, Agence 79) m'enlève d'ailleurs les mots de la bouche en expliquant que cette protection du citoyen est aussi illusoire que contre-productive : " En ciblant la publicité [en fonction de la navigation, NDLR], on répond directement aux besoins du consommateur sans que les données récupérées ne soient nominatives ". En d'autres termes : en vous envoyant des pubs pour Viagra parce que vous êtes effectivement très fatigué depuis quelques jours, le cookie vous rend bel et bien service mais n'a pas besoin de savoir qui vous êtes exactement.

Mais bon, si Firefox s'y met, on voit mal ce qui empêchera ses concurrents de lui emboîter le pas et de rendre la totalité du Web cookie-free. C'est comme ça, on n'y peut rien. Ce qui est tout de même ironique dans cette affaire, c'est que le navigateur de chez Mozilla soit également en train de mettre au point une solution de paiement permettant d'acheter des trucs et des machins en ligne, soit les trucs et les machins dont ses utilisateurs sont censés ne plus vouloir entendre parler ! Encore que : ce n'est peut-être pas si ironique, si la disparition progressive de la pub entraîne la mort des des sites gratuits, le système de paiement Firefox pourra toujours servir à s'abonner aux survivants devenus payants. On n'aura pas tout perdu.

Hugues Serraf