Recherche

Contributor, le programme de Google pour financer des sites Internet sans publicité

Publié par le - mis à jour à
Contributor, le programme de Google pour financer des sites Internet sans publicité

Le groupe Internet propose aux internautes de verser de 1 à 3 dollars par mois. Une somme reversée au prorata des visites effectuées sur les sites participant au programme.

  • Imprimer

Que les annonceurs se rassurent, avec Contributor, Google ne vient pas de lancer sa propre version d'Adblock, ce bloqueur qui supprime sans distinction toutes les publicités présentes sur une page Web.

Avec ce nouveau programme, toujours en phase de test et accessible sur invitations, Google a simplement décidé d'explorer un dispositif de monétisation des sites Internet par le don.

Sur Contributor, les internautes peuvent en effet verser entre 1 à 3 dollars par mois (0,80 à 2,40 euros). Les sommes réunies sont ensuite reversées au prorata des visites effectuées par les internautes sur les sites participant au programme.

Et les publicités affichées, sur les sites concernés, via Google AdWords devraient normalement être remplacées par... un message de remerciement. Une démarche qui de prime abord peut paraître surprenante pour un groupe qui comme Google réalise 90% de son chiffre d'affaires grâce à la publicité.

Prime à l'audience

Mais en fait le modèle de rétribution de Contributor s'apparente un peu à celui, dans le domaine de la musique, d'un abonnement à un site de streaming de type Deezer, ou Spotify. Un modèle économique qui s'il fait les beaux jours des plateformes et des producteurs, ne transforme pas (et il s'en faut de beaucoup) les artistes en nababs du divertissement.

Autre source d'inspiration pour Google Contributor, des solutions comme Patreon, Tipeee, ou des initiatives de soutien à la presse en ligne, ou à des projets de presse en ligne, comme J'aime l'info développée et lancée en mars 2011 sans grand succès, par Rue89.

Les publicités distribuées via Google AdWords étant loin de compter parmi les plus rémunératrices, l'impact financier pour le site web lambda ne devrait pas être significatif. Les éditeurs de contenus pourront toujours par ailleurs diffuser d'autres types de publicités ou bien choisir d'intégrer du native advertising.

Enfin, le système de répartition des sommes collectées est conçu de telle manière qu'il privilégie par nature les acteurs déjà dotés de très fortes audiences. Aujourd'hui une dizaine de sites américains participent au projet dont Mashable, WikiHow, UrbanDictionnary et The Onion, un site parodique dont s'est très largement inspiré Le Gorafi.