Recherche

Radio : le remaniement, c'est maintenant

Publié par le - mis à jour à
Radio : le remaniement, c'est maintenant

Branle bas de combat pour la radio généraliste ! Pour répondre à la baisse d'audience qu'a vécu le média cette année, les stations font le pari de la nouveauté et entendent bien partir à la reconquête des auditeurs. Revue de détails du mercato 2014.

  • Imprimer

Avec plus de 600 000 auditeurs perdus l'an dernier, c'est une rentrée à forts enjeux qui se profilent pour la radio généraliste, en premier lieu pour les leaders RTL et France Inter qui sont les plus affectées par la baisse d'audience.

Symptôme et réponse, le mercato bat plus que jamais son plein. RTL tente de rajeunir son audience avec Laurent Ruquier qui remplace Bouvard et de redresser sa matinale en la confiant à Yves Calvi. Le nouveau p-dg de France Inter, Mathieu Gallet, a demandé à ses équipes de remodeler en profondeur la grille et notamment ses magazines. Si elle conserve sa matinale animée par Patrick Cohen, elle se sépare d'émissions et d'animateurs emblématiques (Daniel Mermet avec "Là-bas si j'y suis", Frédéric Lodéon, Ivan Levaï). Pour regagner en audience, France Inter compte s'appuyer sur des professionnels rôdés (Nagui pour le divertissement, Nicolas Demorand pour l'information) aussi bien que sur des étoiles montantes (Augustin Trapenard, Charline Vanhoenacker).

Europe 1 qui affiche une forte progression de son audience ne change pas une équipe et des formats qui gagnent. RMC qui gagne au fil de ses fréquences chaque année un peu plus d'auditeurs, conserve elle aussi ses rendez-vous.

L'heure n'est pas à dormir ses lauriers toutefois. Les matinales, bien sûr, sont dans l'oeil du cyclone : équivalentes du prime-time en télé, elles sont un enjeu d'audience et publicitaire stratégique. Mais surtout, la nouveauté de cette rentrée est la concurrence féroce à laquelle vont se livrer les stations l'après-midi : Europe 1 compte sur Cyril Hanouna pour faire oublier Laurent Ruquier et RMC revoit ses après-midis pour réagir à la nouvelle concurrence.



RTL fait du neuf

RTL restera-t-elle la première radio (généraliste) de France ? Question crue mais qui se pose : Philippe Bouvard quitte les "Grosses Têtes", la matinale est en berne et RMC devance largement sur le sport en soirée. Avec une audience cumulée de 11,2% contre 11,9% un an avant et des performances en berne, RTL est en 2013-2014 la radio qui accuse la plus forte baisse des généralistes.

Alors que jusqu'ici, RTL misait sur la stabilité de ses programmes, la station passe à l'offensive et remanie en profondeur sa grille. Objectif : renverser la vapeur ! Elle va s'appuyer avant tout sur l'arrivée de Laurent Ruquier pour les "Grosses Têtes", qui affrontera sur cette case le populaire Cyril Hanouna sur Europe 1.

La matinale est repensée : exit Laurent Bazin arrivé en 2012, et place à Yves Calvi. Promu matinalier, l'animateur, qui ne tenait jusqu'alors qu'une chronique quotidienne de dix minutes, est le grand gagnant de ce mercato 2014. A ses côtés, de nombreux éditorialistes feront valoir leur point de vue : Olivier Mazerolles (directeur de la rédaction de La Provence), Éric Zemmour (journaliste au Figaro Magazine), etc.

Pour rebooster les audiences de ses après-midis, la station a débauché le chef de bande et dénicheur de talents Laurent Ruquier. Un pari d'envergure et une mise en danger pour l'animateur qui quitte Europe 1 après une 15e saison performante. En 2000, l'éviction de Bouvard avait fait perdre 2 millions d'auditeurs à la station.

Enfin, le sport disparaît des soirées en semaine au profit du week-end. À la place, RTL crée à 20h un rendez-vous d'informations quotidien,"La Curiosité est un vilain défaut", qui sera animé par l'animateur de "Médias, le mag" sur France 5, Thomas Hughes, et Sidonnec Bonnec.


France Inter, le grand chambardement

À l'exception du "7-9" qui reste sous la houlette de Patrick Cohen, la quasi-totalité de la grille change. D'anciens partent comme Daniel Mermet ("Là-bas, si j'y suis") et Ivan Levaï, certains reviennent comme l'ex-anchor man (et ex-patron de Libération) Nicolas Demorand, d'autres arrivent, valeurs sûres comme Nagui et Daphnée Roulier ou bien étoiles montantes avec Augustin Trapenard, Sonia Devilliers, Charline Vanhoenacker.

À 9h10, le magazine culturel qui succède à la matinale voit arriver Augustin Trapenard, transfuge de France Culture et chroniqueur au "Grand Journal" de Canal+ qui animera un rendez-vous culturel. France Inter crée une émission quotidienne sur les médias "L'Instant M" qu'animera Sonia Devilliers à 9h40. Pascale Clark, dont le 9h-10h était la case depuis cinq ans avec "Comme on nous parle", déménage en soirée à 21h.

Pour gagner en audience les fins de matinée, la station fait le choix de l'animateur de jeu Nagui, qui succède à André Manoukian qui remplaçait lui-même Frédéric Lopez. En lui confiant la case "divertissement" de la matinée avec une émission baptisée "La Bande originale", la station mise sur sa popularité pour attirer les auditeurs.

Redistribution des cartes l'après-midi avec les départs de Daniel Mermet, mais aussi de Frédéric Lodéon et Frédéric Mitterand. Les fins d'après-midi sont confiés à la petite Belge qui monte Charline Vanhoenacker ("Si tu écoutes, j'annule tout"), qui ne va pas avoir la tâche facile face à Hanouna sur Europe 1 et Ruquier sur RTL. Nicolas Demorand à 19h fait son retour sur France Inter avec un "Jour dans le monde", consacré à l'actualité internationale.


Europe 1 muscle sa grille

Avec un gain de 168 000 auditeurs par rapport à la saison dernière, la station qui jouit d'une bonne dynamique d'audience ces dernières années ne change pas une équipe qui gagne... tout en s'adaptant au départ de Laurent Ruquier sur RTL. Les formats qui font le succès de la station demeurent : la matinale de Thomas Sotto, l'émission de Franck Ferrand consacrée à l'histoire. Jean-Marc Morandini gagne du temps d'antenne : son "Grand Direct" est prolongé jusqu'à midi.

Tant pour le remplacer que lui faire face, Cyril Hanouna succède à Laurent Ruquier sur la tranche 16h-18h30 avec "Les pieds dans le plat". Il ramène avec lui une large partie de sa bande de chroniqueurs de l'émission TV "Touche Pas à Mon Poste", locomotive des audiences de la chaîne D8. Présent sur RTL depuis 2001, Jean-Pierre Foucault tourne la page et rejoint par ailleurs l'équipe.

Enfin, Europe 1 muscle sensiblement sa grille du week-end avec le retour sur les ondes d'Anne Sinclair qui mènera un grand entretien tous les samedis matins. Nikos Aliagas reste sur Europe 1 et se voit confier une nouvelle émission culturelle d'1h30, "Sortez du cadre", avec au programme des interviews et du live après la matinale. Alessandra Sublet devrait également se voir confier une tranche.