Recherche

366#Communities lance sa place de marché avec Google

Publié par le - mis à jour à
366#Communities lance sa place de marché avec Google

La régie des des éditeurs de PQR français s'appuiera sur le DoubleClick AdExchange de Google.

  • Imprimer

Lancée en novembre dernier par les éditeurs de la presse quotidienne régionale (PQR), la régie publicitaire 366#Communities a annoncé ce mercredi 4 février la création d'une première place de marché privée qui utilisera les technologies développées par Google.

Bruno Ricard, directeur général adjoint marketing, études et communication de 366#Communities explique les contours de cette offre programmatique.

Emarketing.fr : En quoi consiste l'offre publicitaire que vous mettez en place ?

Bruno Ricard, 366#Communities : Notre offre se décompose en trois briques. La première consiste d'abord en un méta-adserving qui va nous permettre de proposer à nos clients des campagnes nationales avec un point d'accès unique aux 48 sites web qui composent la régie alors que, jusqu'ici, les titres faisaient appel à des systèmes d'adserving différents.

Le deuxième élément structurant est le programmatique avec la création d'une salle de marché propriétaire qui s'appuiera sur la solution AdExchange de DoubleClick, la régie publicitaire en ligne de Google, qui utilise les techniques d'enchères en temps réel.

Enfin, le troisième levier est celui de la data où nous nous associons avec la plateforme de ciblage Nugg.ad afin de proposer une optimisation de ciblage affinitaire de notre audience en temps réel. De fait, nous nous dotons d'une DMP (Data Management Platform) qui na nous permettre de cibler les campagnes et de proposer des offres segmentées. Par exemple, nous serons en capacité demain d'adresser l'audience féminine qui, je le rappelle, est en PQR pris dans sa totalité supérieure à celle d'Auféminin.com.

Emarketing.fr : A l'issue de l'appel d'offres, vous avez finalement choisi Google. Pour quelles raisons ?

Bruno Ricard, 366#Communities : Nous avons choisi Google pour sa capacité à " adserver " l'ensemble des sites. C'est le seul acteur à pouvoir le faire du fait de sa maturité technique.

Par ailleurs, l'offre de Google est très évolutive : au regard des évolutions rapides du marché, cette souplesse nous paraît très importante. Sans oublier que Google joue un rôle essentiel de vigie en matière d'identification des signaux faibles et est à même de capter tous les marchés de demain. Un partenariat qui exprime la souplesse du marché.

Emarketing.fr : Plus que le RTB et la gestion des invendus, votre offre privilégie la mise à disposition d'inventaires premiums...

Bruno Ricard, 366#Communities : Le RTB est la dernière couche de la valorisation. Nous lui privilégions la vente gré à gré qui valorise mieux le CPM. Au-delà, la place de marché que nous montons opèrera avec des acheteurs sélectionnés en mettant à disposition des inventaires premiums choisis dans un environnement contrôlé et avec des formats de qualité. Les annonceurs et leurs agences vont pouvoir vendre en clair un produit sur des emplacements premiums. Après, nous laissons les éditeurs opérer en direct pour la gestion de leurs invendus.