Recherche

Smartsy crée un nouveau canal de vente pour la presse

Publié par le | Mis à jour le
Smartsy crée un nouveau canal de vente pour la presse

Grâce à Smartsy, les éditeurs print rendent leur support intelligent : ils ouvrent un nouveau canal de distribution pour les marques tout en proposant une expérience de lecture inédite.

  • Imprimer

Plus la peine de découper ou de prendre en photo avec votre smartphone le produit que vous avez repéré dans tel magazine. Smartsy, application mobile gratuite de reconnaissance visuelle des objets, permet de l'acheter instantanément en ligne. Le bénéfice marketing pour l'éditeur est clair : ce qu'on pourrait nommer le "Shazam des objets" ouvre un nouveau canal de vente pour les annonceurs et offre à la presse une occasion unique de retrouver de la valeur.

Plus qu'une technologie de reconnaissance visuelle, un réseau social des objets

Alors que le m-shopping croît de plus en plus (1) tout comme l'équipement de smartphones, connecter le monde physique et numérique devient plus que jamais un enjeu stratégique pour les marques et les éditeurs. Dans ce contexte, les technologies de reconnaissance visuelle représentent l'opportunité de créer une passerelle entre les mondes papiers et digitaux.

Mais Smartsy va plus loin : plus qu'une technologie de reconnaissance visuelle, l'application se présente comme un réseau social des objets et une plateforme d'engagement marketing. "La reconnaissance visuelle est un pré-requis mais ne suffit pas à créer un engagement. C'est pour cela que nous avons conçu Smarty comme une plateforme sociale qui agrège, certes, des contenus mais aussi des prises de parole. Il s'agit de remettre l'objet en situation dans son contexte social", explique Gérard Ayache, co-fondateur.

Développée depuis trois ans entre la France et les Etats-Unis en partenariat avec les laboratoires de recherche du CEA et de l'Institut Télécom, Smartsy a décidé de se lancer sur le marché français de la presse écrite papier en octobre dernier. L'objectif ? Rendre reconnaissable l'ensemble des pages des magazines en indexant l'ensemble des visuels. Vogue, Cosmopolitan, Glamour, Elle, Arts & Décoration, Côté Sud... sont depuis le début du mois de novembre désormais interactifs.

La presse connectée, un enjeu stratégique pour les éditeurs

Connecter le lecteur qui aime un produit directement à sa marque offre à l'éditeur de multiples opportunités marketing, qui peut ainsi bâtir des campagnes interactives, dynamiques et communautaires.En achetant en clic le produit sur lequel il vient de flasher, mais en lui proposant aussi des contenus exclusifs et la possibilité de les commenter en rentrant en interaction avec d'autres "serial-shoppeurs", l'éditeur offre à son lecteur une expérience de lecture inédite et une plus-value à son offre traditionnelle.

A ses clients annonceurs, l'éditeur ouvre un nouveau canal de vente et de distribution, propice aux achats d'impulsion En "flashant" le visuel d'un produit, l'utilisateur est directement renvoyé sur une fiche d'information complète qui lui suggère plusieurs marchands en ligne ou, dans une approche géolocalisée et web-to-store, des boutiques proches de lui. "On donne la possibilité à la marque de toucher directement des clients dans les moments où ils sont les plus réceptifs", appuie Gérard Ayache. "Les résultats montrent d'ailleurs un taux de conversion oscillant entre 6 et 10%, bien supérieur à celui observé sur un site e-commerce aux alentours de 3%." La start-up a en effet testé son produit aux Etats-Unis en local avant de se lancer à l'assaut du marché français. Elle serait, par ailleurs, en discussion avec Apple, Samsung et LG. Il est probable que la prochaine génération des devices mobiles intègre directement la technologie de reconnaissance visuelle.