Recherche

IREP : le marché français affiche un repli publicitaire entre -1,4% et -1,7% en 2014

Publié par le | Mis à jour le
IREP : le marché français affiche un repli publicitaire entre -1,4% et -1,7% en 2014

Si le marché reste en baisse, le repli des recettes publicitaires nettes des médias est moins fort qu'en 2013 selon les données préliminaires publiées par l'IREP.

  • Imprimer

En avant-première des résultats du marché publicitaire français en 2014 qui tombent chaque année à la mi-mars, l'IREP (Institut de recherche et d'études publicitaires) annonce une première estimation des évolutions des recettes publicitaires nettes des grandes familles de média pour l'année écoulée. Le cinéma, les ISA, le courrier publicitaire et les annuaires ne sont pas pris en compte dans ces premières estimations. Avec au final une baisse évaluée entre 1,4 et 1,7%, le marché est toujours en déclin et l'année 2014 semble confirmer les tendances trimestrielles avec une baisse du marché continu. Toutefois, " elle reste contenue et est divisée par deux ", précise Bertrand Legendre, directeur délégué de l'IREP.

La télévision se stabilise et l'affichage progresse

" Alors que la télévision était encore l'an dernier sur un marché très négatif, elle est cette année proche de l'équilibre ", livre l'expert. De fait, l'IREP table sur une stabilité ou une légère baisse des recettes publicitaires de la télévision (soit une fourchette comprise entre 0% et -0,5%), contre -3,5% un an plus tôt.

De son côté, la publicité extérieure recouvre une bonne santé avec une fourchette positive oscillant entre 0,8 et 1,3 contre -1,7 en 2013.

L'internet croit fortement

Rejoignant les analyses du SRI (Syndicat des régies internet) qui a livré son état des lieux annuels le 29 janvier dernier, l'IREP fixe la croissance du média internet entre 4,5 % et 5 %, contre 4% un an auparavant.

La radio et la presse poursuivent leur déclin

Un mix-média dont pâtissent la radio qui voit, cette année, ses recettes baisser très nettement (de -2% à -2,5%, contre -0,1% un an auparavant), et la presse qui continue à se replier (entre -8,5% et -9%, contre -8,4%).