Recherche

JCDecaux va réinventer son parc d'abribus à Paris

Publié par le - mis à jour à
JCDecaux va réinventer son parc d'abribus à Paris

La ville de Paris a prolongé pour 15 ans le contrat de l'afficheur, qui va rénover l'ensemble de son parc d'abribus par des mobiliers du designer Marc Aurel.

  • Imprimer

Le Conseil de Paris a confirmé le 17 décembre la prolongation pour 15 ans du contrat de JCDecaux sur les abribus de la capitale. Le 19 novembre, la commission d'appel d'offre de la ville avait attribué à l'unanimité ce nouveau marché à la société Sopact, filiale à 100% de JCDecaux. Celle-ci va donc remplacer à partir du deuxième semestre 2014 l'ensemble du parc de 1920 abribus (dont 189 abribus non publicitaires) par des nouveaux mobiliers à la structure épurée conçus par le designer Marc Aurel. 80 nouveaux mobiliers seront ajoutés, ce qui portera leur nombre à 2000 dans la capitale. Toujours dotés d'un panneau publicitaire sur le côté, ils ont vocation à "définir un nouvel espace public", à faciliter l'information des voyageurs et à proposer de nouveaux services à la population.

Parmi ces nouveaux services : l'information en temps réel des horaires de passage des bus visible depuis l'extérieur de l'abribus via un poteau déporté, une nouvelle fonction "arrêt demandé" pour signaler au bus que l'on souhaite le prendre, un rétroéclairage la nuit de toutes les informations, des plans de quartier et une signalétique pour les piétons, des chargeurs universels de portables... Une centaine d'abribus seront équipés d'écrans numériques tactiles 32 pouces mettant à disposition des informations et services géolocalisés par quartier. Ces nouveaux mobiliers ont été conçus pour réaliser des économies d'énergie de 34,9% par rapport aux précédents modèles. Cent d'entre eux seront aussi équipés de panneaux photovoltaïques. Il sera désormais possible de s'asseoir devant et derrière l'abri-voyageur, voire de s'adosser sur un reposoir disposé à proximité de l'abribus.

Le niveau de redevance versé par JCDecaux à la ville de Paris était de 3,9 millions d'euros en 2013. Avec ce nouveau marché, il va passer à 8,3 millions d'euros par an, avec un intéressement de 30% au chiffre d'affaires réalisé au-dessus de 25 millions d'euros par le prestataire.