Recherche

Vitesse de chargement : testez-vous votre site web dans les bonnes conditions ?

Publié par / Avec la Marketplace le - mis à jour à

Pour mesurer la vitesse de chargement de votre site web, de bonnes conditions de test ne veulent pas dire un contexte de consultation idéal. Il s’agit au contraire de veiller à ce que vos visiteurs les moins bien lotis en termes de connexion web consultent vos pages dans des conditions acceptables.

  • Imprimer

Si tous vos visiteurs - ou les cibles de votre site web - disposent d’une connexion fibre optique, cet article ne vous concerne pas ! Le cas est aujourd’hui - et pour longtemps encore - suffisamment rarissime pour que vous ayez tous intérêt à vous pencher sur les conditions d’accès au web de vos visiteurs et leur impact sur la vitesse de chargement de vos pages web. Les dernières statistiques en date le prouvent (Akamai) : en France, 30% des internautes surfent encore avec un débit ne dépassant pas 4 Mbps. Et on ne compte que 28% de chanceux dans l’Hexagone à profiter de débits supérieurs à 10 Mbps.

Autant dire que, si vous vous contentez de tester la vitesse de votre site web à l’aune de vos propres consultations, via la connexion web de votre entreprise (ou même si vous ne vous souciez pas de ces paramètres lors de vos tests), votre analyse a de forte chance d’être peu pertinente et/ou très éloignée de ce que vos visiteurs perçoivent ! Car cette connectivité a un impact énorme sur les délais de chargement que vont connaître vos visiteurs.

Testez les différents types de connexion web

Prenons un exemple concret et comparons le chargement de la page d’accueil du site e-marketing.fr via une connexion fibre (débit descendant 40 Mbps, latence 30ms) et une connexion ADSL plutôt lente (débit descendant 4 Mbps, latence 50ms) : 

Les résultats de ce test sont éloquents (cliquez sur l’image pour accéder au rapport complet) : le temps de chargement complet de la page passe de 5 à plus de 17 secondes (+230%) et le délai avant affichage complet de la zone visible à l’écran (sans scroll) bondit de 72% pour atteindre 6,5 secondes.
Quant au Speed Index, cet indice reconnu comme le plus révélateur de l’expérience utilisateur se trouve ralenti de plus de 50%. Autant dire qu’avec un tel ralentissement, vos statistiques business risquent fort de prendre du plomb dans l’aile.

Latence : un impact non négligeable

Concrètement, la rapidité d’affichage de vos pages, telle qu’elle est perçue par vos visiteurs, dépend de 2 paramètres, propres à chaque connexion web : le débit (descendant essentiellement, le débit montant n’ayant que peu d’incidence) et la latence. Si la première de ces propriétés est relativement bien connue, la seconde - mesurant le temps de transit des informations entre votre serveur et le navigateur web de l’internaute - l’est nettement moins. Pourtant l’impact de la latence sur le temps de chargement d’un site web est largement aussi lourd. Voire plus… Démonstration avec ce nouveau test comparatif, où l’on a seulement fait varier la latence (50ms vs 100ms), pour un débit standard de 8Mbps : 

Comparaison vitesse de chargement en fonction de la latence

Si, dans ce cas, le temps de chargement total semble nettement moins impacté (moins d’une seconde de différence), c’est l’expérience utilisateur qui s’en trouve plus fortement dégradée, avec un délai avant début d’affichage qui double quasiment en passant à 1,3 seconde et un Speed Index qui grimpe à 2699ms (+ 42%).

N’oubliez pas les tests mobiles

On peut constater des écarts de vitesse du même acabit pour les consultations mobiles des sites web, voire bien pire. Il suffit de jeter un oeil à ce dernier exemple, comparant le temps de chargement de la page d’accueil du site e-marketing.fr via une connexion 3G et 4G : 

Comparaison vitesse de chargement debit mobile

Dans ce cas, le début d’affichage est alors repoussé à 1,53s (contre 0,73s en 4G), le Speed index est multiplié par 3 (4249ms) et la partie de la page visible à l’écran ne s’affiche dans son état final qu’au bout de 15,5 secondes ! Difficile de penser que de tels écarts n’affecte pas significativement le comportement des visiteurs et n’engendrent aucune conséquence sur le taux de rebond, le taux de conversion, etc.

Autre cas à ne pas négliger : votre site s’adresse peut-être aussi à des internautes basés hors de l’Hexagone. N’oubliez pas, donc, de vous pencher sur les conditions de connexion de ces visiteurs, ces dernières variant considérablement d’un pays à l’autre. Tout en prenant aussi en compte leur éloignement géographique du serveur hébergeant votre site web - avec ses lourdes conséquences sur la latence ! De fait, il vous faudra donc mener vos tests de vitesse de chargement depuis toutes les localisations les plus stratégiques. Avec des résultats qui vous amèneront certainement - si ce n’est déjà fait - à envisager d’avoir recours à des CDN (Content Delivery Network) pour “rapprocher” vos données de ces visiteurs internationaux.

En conclusion, ces quelques exemples démontrent clairement l’importance capitale de mesurer et suivre les performances web de vos pages web dans les mêmes conditions que celles de vos visiteurs en matière d’accès à internet et de localisation géographique. Grâce à ses très nombreux critères de tests paramétrables, accessibles dans toutes ses formules professionnelles, Dareboost vous permettra de gérer ces batteries de tests en toute simplicité.

Autres articles proposés

Mesurer sa vitesse d'affichage : optez pour les tests comparatifs

Article écrit par Dareboost

Dareboost

Mesurer sa vitesse d'affichage : optez pour les tests comparatifs

Mesurer sa vitesse d'affichage : optez pour les tests comparatifs

L’analyse des résultats des tests de vitesse de ses pages web peut s’avérer ardue, surtout lorsque l’on est pas expert technique. Pourquoi alors [...]