Recherche

Le consommateur moyen a définitivement disparu

Publié par le | Mis à jour le
Le consommateur moyen a définitivement disparu

Un consommateur caméléon avec des comportements de plus en plus complexes pour affronter une crise durable. C'est le constat de Kantar Worldpanel pour 2013 : des arbitrages qui épargnent les produits de grande consommation, stabilité des dépenses chez les jeunes, valorisation chez les seniors...

  • Imprimer

"2013, un consommateur caméléon" . A l'occasion de son dernier Media Morning, Kantar Worldpanel a fait le point, la consommation en France. Le contexte de l'année n'a pas été favorable à la consommation : des à-coups dans l'évolution du PIB en volume (-0,2% pour le 1er trimestre, +0,5% pour le 2ème, -0,1% au 3ème) ; une météo chaotique (hiver maussade, printemps le plus froid depuis 1987, bel été) ; hausse du chômage... Seul point positif : le redressement du pouvoir d'achat par unité de consommation à +0,8% au 1er trimestre, +0,3% au 2ème, après une baisse de 1,5% sur 2012.

"L'envie de dépenser n'est toujours pas au rendez-vous et la perception de leur pouvoir d'achat par les ménages est globalement plus négative au second trimestre", constate Gaëlle Le Floch, strategic insight director, en poursuivant : les arbitrages se poursuivent dans de nombreux secteurs hors-alimentaires.


Les PGC sont épargnés ("il faut manger pour vivre" pour reprendre la première partie de a maxime de Socrate !). Sur l'année arrêtée à début octobre, les ménages dépensent plus qu'en 2012, mais, constate Kantar Worldpanel, cette hausse en valeur est uniquement liée à la hausse du prix payé. Les volumes baissent (17 articles par ménage en moins) mais la fréquence d'achat est stable, en très légère hausse.

Au cumul annuel 3 ème trimestre : les catégories qui s'en sortent le mieux sont :

- le liquide (+0,9% en volume ; +3,8% en valeur)

- L'hygiène-beauté (+0,7% en volume ; +1?9% en valeur)

- L'épicerie (+0,7% en volume ; +1,9% en valeur).

En revanche : l'entretien (-2,9% en volume ; -0,3% en valeur) et le frais libre service (-0,6% en volume ; +0,4% en valeur) s'en sortent moins bien."Il n'y a pas de report sur les produits de base à cuisiner mais plutôt sur le snacking !", note Gaëlle Le Floch. Et la tendance de la baisse des MDD et du HD se poursuit : les MDD totalisent (CAMT 3ème trimestre) 32,6% en valeur (vs 33,2% pour la même période en 2012) et le HD 12,3% (vs 13%).

Conséquences : les grandes marques tirent leur épingle du jeu avec en moyenne une croissance de 3% des points de contact pour le Top 50. Et la côte d'amour observée sur la moyenne des 700 marques trackées dans Prométhée est de 48%. Les grandes marques sont également reconnues pour leur dynamisme (14% vs 8% pour les MDD), leur originalité (13% vs 5% pour les MDD), leur qualité (36% vs 28% pour les MDD) et leur confiance (33% vs 28% pour les MDD).

Un consommateur toujours très sensible aux promotions

Cela n'empêche pas le consommateur de rechercher toujours les bonnes affaires. La sensibilité aux promotions n'a jamais été aussi forte : 54,8% vs 47,6% en 2012.

Quels enjeux pour demain ? "Un des changements majeurs concerne les générations. Les plus de 50 ans devraient continuer à dépenser plus. Ce qui est logique car, d'après nos projections, les plus de 65 ans devraient représenter plus de 26% de la population française en 2050 contre 16,7% en 2010", répond Gaëlle Le Floch en poursuivant "Cette cible devrait être clé dans la valorisation des marchés. Seule inconnue : quel sera leur pouvoir d'achat à l'avenir avec la problématique des retraites ?".

A l'inverse, la déconsommation des jeunes devrait se poursuivre. Cette population des moins de 30 ans, très touchée par le chômage (25,7%, +3,4 point sur un an) a des habitudes de consommation décalées par rapport à la moyenne des Français : un budget logement plus important dans le budget global (21,3% vs 14,1%), un budget alimentaire plus faible et un budget transports légèrement plus élevé.

Cette cible est la plus en attente de comparaison et de contrôle. Et à ce titre, le drive est une réponse parfaitement adaptée (les moins de 35 ans sont plus de 36% à acheter en drive vs 23% pour la moyenne). Les jeunes sont ceux chez qui la liste de courses a le plus progressé, de 38% en 2006 à 50% en 2013. Ce sont aussi ceux qui comparent le plus les prix entre les marques (78%, +8 points). Mais (le consommateur n'est pas un être rationnel !) ce sont aussi ceux qui se laissent le plus tenter (25% achètent juste parce qu'ils voient les produits en rayon).

"Le consommateur moyen n'existe plus, conclut Gaëlle Le Floch. On a devant nous un consommateur investi, aux multiples attentes, parfois contradictoires". Quelques données pour étayer ses propos : 30% des consommateurs sont des "ChronoVictims" ; pour 46%, le prix est le critère de choix le plus important... et 47% sont prêts à payer pour plus de qualité ; 53% essayent d'acheter des produits locaux aussi souvent que possible... et le Made in France est mentionné comme raison d'achat pour 85% des foyers ; 54% aiment essayer les nouveaux produits ; 36% préfèrent aller dans les petits magasins près de chez eux plutôt qu'en grande surface ; 72% sont inquiets de la sécurité alimentaire des produits...

Les conseils de Kantar Worldpanel devant ces attentes de plus en plus complexes : continuer d'investir car, même en temps de crise, cela fonctionne auprès des consommateurs.

Catherine Heurtebise

Catherine Heurtebise

Chef de Rubrique

Une littéraire tombée dans la presse professionnelle communication et marketing ! Société Générale de Presse, Stratégies, CB News, Marketing Profit… Le [...]...

Voir la fiche
La TV fait de la résistance chez les jeunes

La TV fait de la résistance chez les jeunes

La TV fait de la résistance chez les jeunes La TV fait de la résistance chez les jeunes

TF1, chaîne de télévision la plus puissante auprès des 15-24 ans, connait-elle réellement son public ? Ipsos s'est attaché à décrypter la consommation [...]

Data Marketing : collecter la bonne donnée

Data Marketing : collecter la bonne donnée

Data Marketing : collecter la bonne donnée

Des millions de données on et off line sont à la disposition des marketeurs et leur collecte est devenu un enjeu majeur pour les entreprises. [...]

Le commerce connecté bouleverse les comportements d'achat

Le commerce connecté bouleverse les comportements d'achat

Le commerce connecté bouleverse les comportements d'achat

Un consommateur de plus en plus connecté, des magasins qui font de la résistance... Tels sont les deux enseignements de l'étude sur les consommateurs [...]