Recherche

Fidèles aux marques, les Français estiment ne pas être payés en retour

Publié par le - mis à jour à
Fidèles aux marques, les Français estiment ne pas être payés en retour

Selon une étude de l'Institut Toluna pour l'éditeur de logiciels Generix Group, seuls 6% des Français ont le sentiment que leur fidélité aux marques est récompensée à sa juste valeur.

  • Imprimer

C'est l'une de ces études dont les résultats font plaisir à leur commanditaire. Du 25 au 29 août derniers l'Institut Toluna, fournisseur de terrains et de solutions d'enquêtes en ligne, a interrogé un échantillon représentatif d'un millier de personnes sur leur rapport aux marques.

Une étude conduite pour le compte de l'éditeur de logiciels Generix Group. Generix Group fournit à ses clients (des fabricants de biens de grande consommation au distributeurs alimentaire en passant par des professionnels du e-commerce) des solutions visant "à augmenter leurs expériences d'achat", avec comme "ultime enjeu" la "satisfaction du client final". Et miracle, il semble que les conclusions de l'étude Toluna, aient permis d'identifier un marché...

Participer à la conception de nouveaux produits

En effet, si l'exacte moitié des Français se considère fidèle à deux ou trois marques, ils ne sont que 7% à estimer que cet attachement est récompensé (souvent ou systématiquement) à sa juste valeur. Une mauvaise nouvelle pour les marques à l'heure de recommandation sur les réseaux sociaux.

Pour les Français la récompense peut prendre la forme de bons de réduction (85%) d'invitations à des évènements exclusifs (47%), ou de preuves d'attention aux dates qui comptent pour eux. Le marketing collaboratif semble également avoir le vent en poupe, puisque 46% des personnes interrogées se verraient bien participer à la conception des nouveaux produits de leurs marques préférées.

Mais attention! Un consommateur déçu peut parfois quand il n'opte pas pour l'indifférence, développer un comportement agressif à l'égard d'une marque. Soit en tentant de faire pression sur elle via les réseaux sociaux (7%), ou en médisant sur son compte auprès de ses proches (5%).