Recherche

Avec le développement de "l'ego-surfing", les internautes se comportent comme des marques

Publié par le | Mis à jour le
Avec le développement de 'l'ego-surfing', les internautes se comportent comme des marques

Selon une enquête réalisée par Ipsos pour Bing, le moteur de recherche de Microsoft, le personal branding autrefois réservé aux célébrités, arrive chez les anonymes.

  • Imprimer

A défaut d'être eux-mêmes des marques, de plus en plus d'internautes se comportent comme elles quand il s'agit de contrôler, voire de maitriser, la diffusion de leur image en ligne.

C'est ce que tend à confirmer une récente enquête* réalisée par Ipsos pour Bing, le moteur de recherche de Microsoft. Une prise de conscience qui passe par une pratique, "l'ego-surfing", qui consiste pour partie à formuler des "requêtes selfies" (à propos de sa petite personne) sur les moteurs de recherches.

"Le phénomène " selfie " sur les moteurs de recherche n'est pas un effet de mode. Il traduit au contraire une tendance à la professionnalisation des internautes, qui se comportent comme des entreprises, comme des marques. Jusqu'à présent réservé aux célébrités, le personal branding arrive chez les anonymes," explique Anne-Sophie Dubus, directrice marketing Europe de Bing.

Une dimension rationnelle et professionnelle

"Ces internautes élaborent des stratégies de visibilité en ligne, voire d'optimisation de leur référencement naturel : ils démultiplient leur présence sur les réseaux sociaux influents, soignent, contrôlent et mettent à jour leurs informations mais aussi leurs photos et vidéos, et sont ainsi en mesure de lutter contre leurs homonymes dans cette course à la première place des résultats de recherche".

Car, et c'est un point important, "l'ego-surfing" loin d'être exclusivement un phénomène à tendance narcissique revêt également une dimension rationnelle et professionnelle. 60% des actifs considèrent leur identité numérique comme une marque, relève l'étude, une marque qu'il s'agit de protéger et valoriser.

Stratégies de visibilité en ligne

On assiste ainsi à un phénomène de " professionnalisation " des stratégies de visibilité en ligne, 1/3 des Français ayant déjà supprimé ou fait supprimer des informations, photos ou vidéos les concernant sur Internet. Parmi les principales sources d'inquiétudes on retiendra l'absence de mise à jour des informations. Les cadres supérieurs et les chômeurs ont peur d'être confondus avec quelqu'un d'autre, souligne l'enquête d'Ipsos.

27% des cadres supérieurs ont peur de ne pas être trouvés facilement à cause des homonymes, et 29% des chômeurs ont peur d'être confondus avec une autre personne. Ces préoccupations révèlent en creux des disparités de maturité en matière de stratégies de " référencement ", les CSP+ et les personnes en recherche d'emploi ayant pris conscience que la difficulté n'était pas la maîtrise de leurs propres informations mais la concurrence avec d'autres profils identiques.


* Enquête réalisée par Ipsos pour Bing du 14 au 19 novembre 2014 auprès d'un échantillon national de 1030 Français utilisateurs d'Internet représentatif de la population âgée de 16 ans et plus.