Recherche

A New-York, 500 beacons installés à l'insu de la population

Publié par le - mis à jour à
A New-York, 500 beacons installés à l'insu de la population

Forte d'une autorisation municipale délivrée à la va-vite, une régie publicitaire a installé des centaines de petites balises "beacon" sur les cabines téléphoniques de New-York, sans en prévenir les populations environnantes.

  • Imprimer

Le beacon serait-il le nouveau "far-west" des données personnelles? Pour la régie publicitaire Titan, qui commercialise des espaces publicitaires sur près de 5000 cabines téléphoniques new-yorkaises, la réponse semblait aller de soi.

Le beacon, c'est cette petite balise qui grâce au Bluetooth Low Energy permet de détecter des smartphones situés à proximité pour leur envoyer des alertes, ou des offres commerciales, tout en récupérant la localisation d'une personne et son heure de passage.

Après avoir décroché à la va-vite, en affirmant qu'il ne s'agissait que d'un "matériel de maintenance", une autorisation de la part de la Ville de New York, Titan a déployé dans le plus grand secret entre septembre et novembre 2013 près de 500 beacons, fabriqués par le spin-off de Qualcomm, Gimbal, sur autant de cabines téléphoniques de la métropole américaine. Et ce sans en avertir le moins du monde les riverains et les populations concernées.

San Francisco et Los Angeles également concernés

L'information est révélée par le site (spécialisé dans les photos de chatons mais pas que) BuzzFeed. L'emplacement exact des beacons n'a pas été donné par Titan, mais les journalistes de BuzzFeed ont retrouvé trace de certains d'entre eux en utilisant iBeacon Detector.

Cette application Android permet de savoir si l'on se trouve à proximité d'un beacon, de connaitre son numéro d'identification, et la puissance du signal émis par la balise concernée.

Suite à la parution de l'enquête de BuzzFeed, la Ville de New York a demandé à la régie publicitaire Titan de retirer son dispositif. Mais le problème ne semble pas entièrement résolu pour autant car Titan a reconnu, sans vouloir donner plus de précision, que d'autres dispositifs avaient été déployés dans d'autres villes des Etats-Unis, à commencer par Los Angeles et San Francisco.