Réseaux sociaux et mobiles : des CPM en chute libre ?

Publié le par

Turn, une agence américaine, fait état d'une forte baisse des CPM sur mobiles et réseaux sociaux entre janvier et mars, en parallèle d'une remontée des coûts sur l'affichage, la vidéo et le multimédia. Elle voit par ailleurs émerger une nouvelle "élite numérique"

Réseaux sociaux et mobiles : des CPM en chute libre ?

Une étude publiée par Turn, une agence de publicité et d'achat d'espace américaine, surprend quelque peu son monde en annonçant une baisse importante du coût au mille sur les réseaux sociaux (-30%, soit de 0,30$ à 0,24$) et les mobiles (-45%, soit de 1,31$ à 0,71$) au premier trimestre, en même temps qu'une forte remontée des CPM sur l'affichage traditionnel, la vidéo en ligne et le multimédia en général (+15%, soit de 0,92$ à 1,06$).

L'explication : les annonceurs ont tendance à se sentir rassurés par des formats classiques qu'ils jugent fiables et bien maîtrisés, mais s'inquiètent de "l'absence de standards en matière de tracking anonyme" sur mobiles et réseaux sociaux. Ce qui n'empêche pas Facebook et consorts de rester "immensément populaires" comme vecteurs de communication pour les marques.

Turn évoque en outre l'émergence d'une forme d'"élite numérique" chez les consommateurs. Cette avant-garde ne représenterait encore que 2% de la masse, mais ingurgiterait jusqu'à 24 fois plus de publicité et se montrerait suffisamment alléchante pour amener les annonceurs à accepter des CPM de 85% supérieurs à la moyenne pour les toucher.

"Cette élite numérique est généralement âgée de 21 à 34 ans, réside en ville et adore voyager à l'étanger, assure Turn. Ses membres ont des revenus supérieurs à 76 000 dollars par an, adorent les gadgets et les marques haut-de-gamme comme Banana Republic et Sephora. Ils ont des goûts variés en matière de médias et fréquentent concerts et restaurants".

Effectivement, ça peut donner des idées...