Recherche

Le search marketing doit prendre en compte les médias sociaux

Publié par le - mis à jour à
Le search marketing doit prendre en compte les médias sociaux

Le Livre Blanc de Searchmetrics sur les facteurs de classement SEO révèle qu'il existe une corrélation forte entre l'activité sur les réseaux sociaux et un bon référencement dans Google. C'est particulièrement vrai pour Facebook et sa fonctionnalité "share".

  • Imprimer

Quels sont les facteurs pertinents pour un bon classement dans les résultats de recherche Google ? Searchmetrics apporte des éléments de réponses sur la base d’un échantillon de 10 000 mots-clés à fort trafic, 300 000 sites web et plusieurs milliards de signaux collectés sur les réseaux sociaux - liens, « share », « tweet »... - (1). Un bon référencement est notamment lié à l'activité sur Facebook.

Les 5 faits saillants de l'enquête :

- Les signaux sociaux sont désormais arrivés en France : les signaux sociaux présents sur Facebook, Twitter et Google+ disposent désormais d’une corrélation très forte avec de bons classements dans l'index de Google (voir graphique ci-dessous).

- Trop de publicité est préjudiciable : une autre nouveauté en France est l'observation que les pages contenant trop de publicités ont plus de difficulté à atteindre les rangs élevés des pages de résultat. Cependant, ce problème ne semble concerner que les blocs d’annonces AdSense.

- Les backlinks (liens entrants) sont toujours très importants, mais la quantité n'est pas le seul élément pris en compte : même si le nombre de backlinks est toujours un des facteurs les plus impactant, des liens avec des mots vides dans l’ancre du lien (« stopwords » en anglais, ce sont les articles, pronoms, etc. qui ne sont pas indexés parce que trop communs) et la propriété « nofollow » devraient également être inclus dans la stratégie de Linking.

Les marques et les leviers SEO classiques : il ressort de note étude que les pages avec des marques fortes n'ont pas besoin de se préoccuper de critères SEO standards tel que la balises de titre, les balises d’en-têtes, etc. Selon nos chiffres, cette catégorie de mots-clés est assujettie à des règles différentes.

- Les domaines dénommés d’après des mots-clés génériques obtiennent toujours de très bons résultats : malgré toutes les rumeurs contraires, ces domaines prospèrent toujours et sont souvent dans le haut du classement. Toutefois, l'extension de domaine semble avoir peu d'effet.

(1) Méthodologie : pour son panel, Searchmetrics a choisi un échantillon très vaste de mots-clés comprenant 10 000 termes recherchés sur le moteur Google France. L'éditeur de logiciels d’analyse de recherche pour les entreprises, ne s'est pas contenté de choisir les 10 000 termes les plus recherchés en fonction du volume de recherche, dans la mesure où la présence d’un nombre anormalement élevé de mots-clés de marque qui aurait pu fausser l'appréciation de nombreux autres facteurs importants. Au lieu de cela le panel de référence comprend :
- un mélange de différents mots-clés avec les volumes de recherche les plus importants et à défaut avec des volumes de recherche généralement élevés,
- environ 1 mot-clé sur 10 sont des mots clés qui ont été identifiées comme orienté pour la navigation selon notre propre définition,
-  le reste est un mélange de mots-clés issus de la recherche payante et représentant une variété thématique, ce afin de prendre en compte à la fois des mots-clés à caractère transactionnel (à CPC élevés), des mots-clés à caractère informatif (à CPC faibles) et des mots-clés hybrides se situant à mi-chemin.

L'évaluation a été limitée à la recherche organique - AdWords, la recherche universelle, les sitelinks, les intégrations avec iGoogle, etc., n'ont pas été prises en compte.

L'étude des 10 000 mots-clés analysés a généré:
• 30 000 SERPs (pages de résultats),
• 300 000 titres, descriptions et URLs.
Le contenu des sites classés a représenté:
• 14,68 Go de données,
• 128 422 blocs AdSense,
• 179 373 172 de commentaires, 1,8 milliard de « share » et 3,4 milliards de « like » sur Facebook.