Recherche

Pour un usage raisonné des (Big) Data marketing

Publié par le - mis à jour à

L'émergence des données issues du web, et un de ses corollaires, les big data, entraînent un changement majeur dans la gestion des données personnelles utilisées pour le marketing relationnel.

  • Imprimer

En quelques années, les bases se sont vidées de données déclaratives (les réponses données par les consommateurs eux-mêmes) pour se remplir de données comportementales, collectées automatiquement et souvent à l'insu des intéressés.
Ces clics, visites,… sont ensuite traduits en intentions d'achat, probabilité de churn, score d'appétence… pour personnaliser des sites, emails, SMS, courriers…

La fin du contrôle…
Ces données sont le reflet de comportements d'achats devenus très complexes : nous sommes passés de la visite en magasin suite à la lecture d'un imprimé publicitaire à des scénarios crosscanal générant un volume de données proportionnel à un grand nombre d'interactions.
Ces données, en volume, changeantes, parfois non structurées, sont devenues très difficiles à maîtriser pour le consommateur :
Par exemple, il était simple de déclarer (ou pas !) une intention d'achat d'une cuisinière sur un questionnaire papier. Aujourd'hui cette information est le fruit de multiples analyses en particulier en fonction de sa navigation web.
Autre exemple: autant il est facile de se désabonner du "marketing direct" ou d'une base d'emails honnêtement gérée, autant éviter des bannières retargetées suite à un abandon de panier est quasiment impossible pour la majorité des internautes.
En quelques années, le consommateur a perdu le contrôle de ses données personnelles et plus encore des usages qui en sont fait.

… et le début d'un mouvement de fond.
Cette évolution n'est pas sans impact pour les consommateurs et de nombreux "signaux faibles" montrent l'évolution des mentalités sur la data :
Ainsi, selon une étude de LoyaltyOne, seulement 42 % des consommateurs américains et canadiens font confiance aux entreprises dans l'utilisation de leurs données personnelles,
Le succès de Tumblr est souvent associé à l'utilisation de pseudos qui en permettent une utilisation anonyme, là où un Facebook s'immisce chaque jour un peu plus dans la vie privée de ses utilisateurs,
De nouvelles sociétés (ex : Abine) promettent de supprimer vos données personnelles ou de limiter vos traces sur le web,
A l'autre bout de la chaîne, des sites comme Yes Profile, tentent de redonner la main aux internautes sur la monétisation de leurs données personnelles.
Alors que certains grands acteurs américains (Google et Facebook en tête) essaient de nous faire croire que la vie privée n'existe plus en ligne et que la génération Y semble, pour l'instant, consentante à partager ses informations parfois les plus intimes, le regain pour la "vie privée digitale" pourrait amener les consommateurs à donner moins d'informations et à être beaucoup plus regardant sur ce qu'en feront les annonceurs.

Des choix à venir pour les professionnels
La big data est à peine née que les professionnels du datamanagement sont déjà à l'orée de choix stratégiques pour leur métier, comme le fut celui de l'opt'in/opt out en son temps. D'un côté, un usage à tout crin de la data comme un or noir dont il faut exploiter au plus vite la puissance. D'un autre, et c'est ma position, un usage plus durable, qui pourrait commencer par :

  • Faire preuve de bon sens et éviter les collectes et exploitations que nous trouvons intrusives à titre personnel,
  • Permettre un accès à l'information et un désabonnement au sens large (comme je voudrais ne plus subir des bannières soit disant personnalisées pour un produit que j'ai déjà acheté !),
  • Permettre aux consommateurs de gérer plus finement la pression marketing qu'ils acceptent de recevoir,
  • Permettre aux internautes de mieux comprendre ce que nous savons sur eux et comment nous le savons…

Je fais donc partie de ceux qui espèrent que les scénarios les plus respectueux des clients et prospects permettront aux marques d'instituer une relation de confiance sur les données, au même titre qu'elles le font sur leurs produits.
Car, après tout, c'est bien cela l'enjeu des prochaines années : donner confiance dans l'usage des données pour enrichir la relation marketing plutôt que de voir gagner une vision technique & fonctionnelle qui nous rapprochera de Big Brother.

<p>Christophe Cousin, expert en datamanagement, est aussi le fondateur de <a href="http://www.campdebases.com" target="_blank">Camp [...]...

Voir la fiche
Optimisez votre relation client avec le Data Mining

Optimisez votre relation client avec le Data Mining

Optimisez votre relation client avec le Data Mining

Apres le Big data le Smart data on voit emerger aujourdhui les Data Management Plateforms specialisees dans la gestion des donnees pour en tirer [...]

Big Data Paris 2017

Big Data Paris 2017

Big Data Paris 2017

nouveau cette annee Big Data propose un espace exposition avec 170 marques representees un village start up un programme de conference et [...]