Recherche

« Le marché tend vers davantage de qualité »

Publié par le | Mis à jour le
Marie Salliou, présidente de Géronimo Direct
Marie Salliou, présidente de Géronimo Direct

Pour Marie Salliou, présidente de Géronimo Direct, broker, deux épées de Damoclès planent sur le marché des données client : l'opt-in postal et téléphonique.

  • Imprimer

Comment se porte le marché des données client ?

Il est relativement tendu. Je remarque une érosion de l’e-mailing. De nos jours, le taux d'ouverture de l’e-mail est compris entre 5 % et 8 % alors qu’il était de 20 % il y a quatre ans. Le marché se restructure donc davantage sur le postal qui est devenu attractif avec un taux d’ouverture de 95 %. Cependant, ce dernier souffre de la nouvelle législation de La Poste sur les Plis Non Distribués (PND). Désormais, lorsqu’une adresse n'est pas complètement renseignée, La Poste n’achemine plus le courrier à son destinataire.

Quelles sont les grandes tendances de ce marché ?

Aujourd’hui, les propriétaires de base de données cherchent et réclament de la qualité. Les messages et les objets des e-mails sont davantage travaillés et ciblés. Car même les routeurs connaissent des problèmes de délivrabilité. Le marché tend vers davantage de qualité, ce qui laisse à craindre que les prix vont augmenter. Mais tout est une question d'équilibre. Aujourd'hui, l’e-mail, par exemple, ne rapporte presque plus de ventes supplémentaires. Chacun aurait à y gagner en payant un peu plus pour des campagnes d’e-mailing efficaces.

Que pensez-vous des projets d’opt-in sur le téléphone et le courrier ?

Il est clair que ces deux opt-in sont les épées de Damoclès du marché des données client. Cependant, si les utilisateurs de téléphone mobile donnent en amont leur accord pour recevoir une information, les campagnes ou les messages que les annonceurs souhaitent faire passer gagneront en efficacité. Nous serions dans un cercle vertueux en somme. Quant à l'opt-in postal, nous n'avons en France, pas de raison particulière de nous inquiéter. La plupart des pays européens qui ont accepté l’opt-in postal font machine arrière. C'est le cas, par exemple, de l’Allemagne.