Recherche

Cartegie identifie les consommateurs à fort pouvoir d'achat

Publié par le | Mis à jour le
Cartegie identifie les consommateurs à fort pouvoir d'achat

Le spécialiste du data management a créé deux nouvelles bases de données B to C. L'une sur les propriétaires de piscines, l'autre sur les permis de construire : des informations très recherchées par les annonceurs. Le prestataire s'attaque maintenant à l'intégration des réseaux sociaux à ses bases.

  • Imprimer

300 grands comptes, 4 000 PME-PMI utilisent les services de Cartegie. Une activité répartie équitablement entre B to B et B to C. L’expert dans le traitement et la valorisation des données depuis 1988, renforce l'offre "Habitat" de son entrepôt de données B to C, Géofoyers, première base française géolocalisée et multicanal non comportementale, avec 15 millions de foyers. Le spécialiste du data management a mis sur pied deux nouvelles BDD destinées à la prospection commerciale : les propriétaires de piscines et les permis de construire.

D’un côté, Cartegie travaille sur l’organisation et la structuration des bases clients pour les aider à la recherche de prospects et dans leurs opérations de fidélisation. Cette activité représente la moitié de son chiffre d’affaires. De l’autre, l’entreprise se consacre à la constitution de ses propres entrepôts de données pour la location ou la vente de fichiers et l'enrichissement des CRM de ses clients. Cartegie dispose de quatre sources d’embasement de l’information : les données publiques comme l’Insee et la Banque de France ; les entreprises de référence pour les données géographiques comme l’IGN et Tele Atlas ; les partenaires de Cartegie comme les importants e-commerçants qui confient leurs bases de données ; ses propres sites comme EasyFichiers, EasySiret, EasyTVA...

Les données sur les propriétaires de piscines sont "extrêmement recherchées", selon Christophe Doucet-Ferru, directeur du pôle services de Cartegie : "l’annonceur est certain de s’adresser à des CSP+, qui ont la caractéristique de consommer beaucoup. Les agences de communication sont friandes de cette offre pour leurs clients présents dans le secteur des biens de consommation, les constructeurs automobiles". La base des propriétaires de piscines rassemble 410 000 contacts, dont 200 000 comportent un numéro de téléphone, indispensable pour faire du télémarketing. C’est la plus grande base à ce jour en France. Au total, Cartegie a recensé 800 000 propriétaires. Les îlots identifiés intéressent les annonceurs même s’ils ne disposent pas du nom du contact : "ils n’hésitent pas à distribuer un courrier non adressé dans les boîtes aux lettres", assure Christophe Doucet-Ferru.

La base permis de construire a été créée à partir des données du ministère du Logement. Elle comporte 4,5 millions de demandes de particuliers et de professionnels sur 17 ans. Les informations brutes sont croisées avec des données Insee et de la Banque de France pour en déduire la CSP. "Nous enrichissons toujours nos bases avec des informations sur le revenu, l’âge, la géolocalisation…", explique Christophe Doucet-Ferru. L’historique, accumulé sur 17 ans, permet aux clients de Cartegie de prospecter les ménages qui ont un besoin de rénovation et d’amélioration de leur habitat (isolation, chauffage, etc.) ou un besoin d’équipement de la maison (cuisinistes, magasins d’ameublement et de décoration…) pour les constructions récentes.

Ces deux nouvelles bases renforcent l’offre "Habitat" de Cartegie et viennent s'ajouter notamment à la base "Nouveaux voisins", composée de 1,8 million de foyers déménageant chaque année. Le spécialiste du data management ne fait pas d’analyse comportementale, sa segmentation repose sur deux types d’informations qui évoluent peu : l’habitat et le niveau de richesses. Par exemple, Audioptic (Optic 2000, Lissac…) a demandé à Cartegie de délivrer, tous les mois, les nouveaux prospects d’une zone de chalandise, afin de faire du télémarketing. Le prestataire a croisé sa base "Nouveaux voisins" avec la CSP en rapport avec la gamme de lunettes vendues. De même pour Point P, le spécialiste des matériaux de construction, qui a formulé la même demande à partir de la base des permis de construire. Suite à l’opération, le taux de visite en magasin s’élève à 10 % et le taux de vente à 2 %.

Historiquement, Cartegie travaille beaucoup avec les réseaux bancaires. Par exemple, pour BNP Paribas, le prestataire fait de la déduplication et de l’enrichissement de données. Aujourd’hui, l’internaute utilise plusieurs canaux pour interagir avec une banque, ce qui génère plusieurs leads entrants. Sa solution identifie le prospect et surtout route ce contact au bon interlocuteur.
La société s’impose aussi depuis quelques mois comme un tiers de confiance numérique, notamment auprès du marché de l’affiliation. Cartegie déduplique aujourd’hui de nombreuses campagnes d’e-mailing à la performance pour des e-commerçants, des banques ou le premier site de rencontre français. Pour certaines campagnes, le taux de déduplication peut être très significatif (jusqu'à 50 %, voire plus) sans obérer la performance du dispositif. Le spécialiste du data management a ainsi fait baisser la pression marketing, tout en conservant le même niveau de rentabilité dans l’acquisition de nouveaux clients.

La société fondée par Régis Barbier consacre près de 10 % de son chiffre d’affaires de 7,5 millions d’euros à la recherche. Cartegie, 33 salariés, s’est vue décerner le label Oseo Excellence, qui récompense les entreprises les plus prometteuses de France, pour leur programme de R&D. Christophe Doucet-Ferru considère, aujourd’hui, que les frontières entre B to B et B to C sont en train de tomber : "le B to B devient social quand un collaborateur d’une entreprise dispose d’un compte Facebook, Twitter, LinkedIn, Viadeo… Si l’on connaît son réseau, on peut pousser de l’information en sa direction. Si ce collaborateur partage une information avec son réseau, la force de démultiplication est énorme, explique Christophe Doucet-Ferru. Nous sommes convaincus qu’une base de données qui n’intégrerait pas les réseaux sociaux serait condamnée à disparaître". Cartegie annonce ainsi être en pleine phase de structuration de ces bases et compte être opérationnelle au mois de septembre.

[Tribune] Data driven: il reste du chemin à faire!

[Tribune] Data driven: il reste du chemin à faire!

[Tribune] Data driven: il reste du chemin à faire! [Tribune] Data driven: il reste du chemin à faire!

Si les marques brandissent bien haut l'étendard de la data, toutes ne la gèrent pas de façon optimale, loin s'en faut. Ainsi, 62,5% des entreprises [...]

Programmatique

Programmatique

Programmatique

Le programmatique caractérise l'automatisation des campagnes publicitaires et de communication, basée sur des algorithmes, des ad exchanges [...]

Lumière sur… les 6V du Big Data

Lumière sur… les 6V du Big Data

Lumière sur… les 6V du Big Data

Avoir une Data permet aux entreprises reposant sur une vue classique du marché (basée sur l’intuition) de migrer vers une analyse s’appuyant [...]

4 bonnes pratiques en matière de référencement naturel

4 bonnes pratiques en matière de référencement naturel

4 bonnes pratiques en matière de référencement naturel

Une stratégie de référencement naturel sera d'autant plus efficace qu'elle respecte quelques règles de base. L'événement We Love SEO, organisé [...]

[Pep's Lab] Amazon Dash et le modèle d'abonnement

[Pep's Lab] Amazon Dash et le modèle d'abonnement

[Pep's Lab] Amazon Dash et le modèle d'abonnement

Selon Catherine Barba, spécialiste du retail, basée à New York, le modèle de l'abonnement devient incontournable pour les marques. Décryptage [...]