Recherche

"Publicité sexiste", la mauvaise blague belge de Renault

Publié par le | Mis à jour le
'Publicité sexiste', la mauvaise blague belge de Renault

Pour le lancement de sa nouvelle Twingo, Renault Belgique a mis en ligne trois clips polémiques et décalés, avant de les retirer quelques heures plus tard. Retour sur un "bad buzz" réussi.

  • Imprimer

Peugeot 108, Smart Fortwo, Citroën C1, Toyota Aygo, en cet été 2014 la concurrence fait rage sur le marché des petites voitures citadines. Pour se démarquer, la filiale belgo-luxembourgeoise de Renault a choisi de faire le buzz en misant sur une campagne décalée. Retour sur un "bad buzz" prémédité et réussi.

Après la Chine et ses places de parking (plus larges) réservées aux femmes, voici venir maintenant, en digne héritier de la publicité du loueur Sixt en 2009, Renault et ses vidéos aux clichés sexistes tellement surannés que l'on peine à les prendre au sérieux.

L'histoire commence mardi 29 juillet par la mise en ligne de trois clips sur YouTube et Facebook. Dans l'une de ses courtes vidéos une femme stationne sa Twingo au beau milieu d'un rond-point puis sort de son sac une serviette hygiénique ainsi qu'un rouge à lèvres. Avant de glisser délicatement sur le pare-brise de sa voiture un petit mot d'excuse où il est écrit "Sorry" (désolée) accompagné de son numéro de téléphone.


Message de Renault Belgique à la conductrice: "Nous les femmes, nous avons tendance à improviser quand nous ne trouvons pas de place de parking [...] c'est pourquoi la nouvelle Renault Twingo vous offre l'option "Désolé de m'être garée là". Des petites cartes qui vous font passer pour une fille sympa, même quand vous êtes mal garée."

"N'enlevez pas ma voiture SVP! J'ai des hauts talons...", "Désolée, comme je suis un vrai danger au volant j'ai préféré laisser ma voiture ici"... sur le site NewTwingo.be, les conductrices étaient invitées à commander gratuitement ces quelques cartes censées leur simplifier la vie.

Bronca sur les réseaux sociaux

Sur les réseaux sociaux, la réaction (tellement prévisible que l'on n'imagine pas une seconde que les communicants de Renault ne l'aient pas anticipée), ne s'est pas fait attendre.

Buzz assuré sur Twitter et Facebook. Extraits. "Ce malaise à la vue de ces pubs Renault" écrit @MaxxPirmez. "Non mais c'est une blague?" s'étonne @SpookyValentine. "Bien contente de ne plus avoir de Twingo" se rassure @morganecaradec. "Sexisme ordinaire" renchérit @RegBaschung. Plus drôle ce tweet signé @L0la_Adams.


Quelques heures plus tard, face à la bronca soulevée par cette campagne Renault Belgique décidait de retirer les vidéos polémiques. Lucide, sur Twitter @Nico_VanderB constatait "voilà, le "supprime" devient une info pour les médias."

L'objectif était atteint et le message diffusé. La clientèle féminine était informée au-delà des espérances de l'existence d'une Twingo nouvelle génération aux couleurs vives et chatoyantes destinée en priorité... aux conductrices qui ont le sens de l'humour!