Recherche

Le Petit Marseillais milite pour un rock sans pellicules

Publié par le - mis à jour à
Visuel de la campagne pour le lancement de la gamme d'antipelliculaires du Petit Marseillais.
Visuel de la campagne pour le lancement de la gamme d'antipelliculaires du Petit Marseillais.

La marque d'hygiène-beauté fait une entrée percutante dans le marché des shampoings antipelliculaires en orchestrant une campagne qui met en scène un groupe de rock, les HE4. Une façon d'évoquer les problèmes de pellicules de façon décalée.

  • Imprimer

Le Petit Marseillais se lance dans le rock. Son groupe ? Les HE4. Pas très glamour comme nom de scène. Sa simple évocation fait penser à une nouvelle forme de pandémie grippale. Reste que le sujet abordé par la marque de chez Johnson & Johnson, celui des shampoings antipelliculaires, n’est pas non plus des plus séduisant.

Et c’est pourtant là que réside le véritable tour de force de la marque : à travers son groupe de rock, Le Petit Marseillais s’intéresse à ce problème de façon fun et décalée, alors qu’il vient de se lancer sur ce marché. “Un rockeur doit s’assurer d’avoir une coupe extravagante et une chevelure irréprochable, explique-t-on au sein de la marque. C’est en partant de ce constat que nous avons imaginé une manière originale de nous lancer sur le marché des antipelliculaires : créer notre propre groupe de rock pour illustrer les bienfaits de nos produits.”

Composé de quatre membres, le groupe HE4 fait en réalité référence aux quatre huiles essentielles contenues dans les produits de la gamme. “Cat, Rom, Tym et Cit’ ont tous été embarqués dans la vie d’un groupe de rock et ont eu l’occasion de tourner un clip comme de vraies rock stars”, ajoute la marque dans son communiqué. Car le quatuor fait ses premiers pas dans le milieu : tous font en fait partie de l’équipe du Petit Marseillais. Une raison de plus pour les quatre membres de s’en donner à cœur joie et de secouer abondamment leurs cheveux tout au long du clip.

Ce spot, orchestré par l’agence Avantgarde et diffusé sur YouTube et Facebook, vient compléter une campagne TV dans laquelle un père de famille s’adonne lui aussi au headbanging (mouvements brusques de la tête en cadence avec la musique). Un film plus classique signé DDB qui correspond aux codes de la publicité TV.

Damien Grosset

Damien Grosset

Journaliste

Responsable de la rubrique Médias. Seul homme de la rédaction, je m'occupe bien évidemment de sujets concernant des secteurs tels que l'automobile [...]...

Voir la fiche