Recherche

Badoit fait pétiller ses "bulles de joie"

Publié par le | Mis à jour le
Badoit fait pétiller ses 'bulles de joie'

Badoit plonge dans son histoire, avec une nouvelle signature, "Bulles de joie depuis 1778 ". Le spot, signé BETC, recrée l'esprit du XVIIIe siècle en décalant les codes vestimentaires et sonores.

  • Imprimer

Badoit, marque iconique sur le marché des eaux gazeuses natures avec 16,1% de PDM (en valeur), revient en communication avec une nouvelle campagne signée BETC. L'occasion pour la marque de remettre en lumière sa nouvelle identité, révélée l'année dernière, tout en valorisant son héritage et son ancrage à son patrimoine français. À ce titre, c'est une nouvelle signature "Bulles de joie depuis 1778 " qui clôturera les spots de 45" et 30" qui sont diffusés depuis dimanche 10 mars 2013, au côté d'une campagne d'affichage.

Découverte en 1778 par le médecin honoraire du roi Louis XVI, la marque a, l'année dernière, redonné à voir son statut d'icône française du repas à travers un renouvellement total de son identité graphique. "Nous souhaitions redonner à voir l'héritage profond de Badoit afin de gagner en modernité et en statut " explique Guillaume Millet, Directeur de la marque Badoit.

Aujourd'hui, la marque va un cran plus loin dans cette démarche et met pour la première fois en image son patrimoine identitaire : "Nous sommes très fiers de l'histoire de Badoit. Nous souhaitions revenir, tout en raffinement, fantaisie et modernité, aux sources de sa "découverte" en 1778, à la première dégustation de cette eau unique. Nous avons décidé, avec l'agence BETC, de capitaliser sur cette belle histoire. Il y a peu d'eau qui existe encore et qui ait été servie à la cour du roi Louis XVI ! " ajoute encore Guillaume Millet.

Une nouvelle signature "Bulles de joie depuis 1778" vient rappeler la vocation de la marque depuis ses origines : l'eau de Badoit, de par sa légèreté, ses propriétés organoleptiques et la finesse de ses bulles, a toujours eu vocation à porter joie et optimisme partout où elle passe.

Retour à "la source"

Revenant sur la découverte de Badoit en 1778, ce film nous invite, loin de toute reconstitution historique, à revivre la toute première dégustation de cette eau. Le nouveau film réalisé par Matthew Frost ne voulait pas céder à la reconstitution historique mais réinventer l'esprit du 18ème siècle et la découverte de l'eau de Badoit. "Il s'agissait de faire souffler un vent de fraîcheur, d'ébouriffer les codes et de traduire l'excitation d'un moment d'exception. Le stylisme est empreint de " fresh touch " et des codes du 18eme siècle y sont décalés: ici une perruque pastel, une robe plus tutu que panier, des moulures gagnées par des volutes de bulles et un hôtel particulier transformé en petit théâtre de la bonne humeur. Le tout sur une musique aérienne, mais d'un beat affirmé et rythmé, en adéquation avec le montage même du film " explique Marielle Durandet, Vice-présidente de BETC.

Plan média

Le spot de 45" est diffusé en simultané sur différentes grandes chaînes (TF1, France Télé, Canal +, M6) en écran 20h. Par la suite, le spot de 30" sera quant à lui diffusé jusqu'au 30 mars. La campagne se déclinera également en affichage national 2m2 du mardi 12 au 19 mars 2013, ainsi que sur les kiosques parisiens.

Un peu d'histoire

L'eau minérale naturelle Badoit est née dans la petite ville de Saint-Galmier, dans la Loire, à plusieurs kilomètres de profondeur dans le sous-sol granitique de la région. Au fil de son voyage, elle acquiert sa pétillance, sa finesse et sa composition minérale puisqu'elle contient calcium, magnésium et bicarbonates. Redécouverte au XVIIIe siècle, elle suscite l'intérêt de la Médecine Thermale. Dès 1778, ses vertus " apéritives et exhilarantes " sont reconnues par Richard Marin de Laprade, médecin honoraire du roi Louis XVI. Grâce à ses propriétés organoleptiques uniques.

AMELLE NEBIA

AMELLE NEBIA

Chef de Rubrique

Chef de rubrique Marketing Magazine et emarketing.fr. En veille sur le retail, la consommation, le marketing produit food, les formations supérieures [...]...

Voir la fiche