MENU
Recherche

Logo Paris 2024: pourquoi c'est un bon choix marketing

Publié par le | Mis à jour le
Logo Paris 2024: pourquoi c'est un bon choix marketing

Les marques savent à quel point un logo efficace est un gage de succès. Celui choisi par Paris pour porter sa candidature aux Jeux Olympiques de 2024 (création Dragon Rouge) est un exemple à suivre. Analyse avec un spécialiste en la matière, Minh-Loïc Hoang-Xuan, de la plateforme de créatifs Creads.

  • Imprimer

Révélé mardi 9 février lors d'un spectaculaire "lever de rideau" lumineux sur l'Arc de Triomphe, le logo de Paris, candidate aux Jeux Olympiques d'été de 2024, a fait une entrée remarquée dans le paysage des symboles de marque. Car c'est bien la marque "Paris-ville candidate" que ce logo, conçu par l'agence Dragon Rouge, représentera sur la scène internationale jusqu'au 13 septembre 2017, date à laquelle le CIO rendra public le nom de la ville qui accueillera les Jeux.

Haut en couleurs et simple de trait, le logo a rassemblé une majorité d'avis favorables sur ses qualités artistiques. Mais est-ce un bon support marketing? Un exemple à suivre? "Oui, répond Minh-Loïc Hoang-Xuan, directeur de la stratégie de la plateforme Creads (qui regroupe des milliers de créatifs free-lance) autant sur un plan symbolique que technique".

Une puissance symbolique qui marque les esprits

L'agence Dragon Rouge a choisi de travailler la silhouette de la tour Eiffel. "Ce choix est une réussite car il véhicule des images très fortes", souligne Minh-Loïc Hoang-Xuan.

  • La Tour Eiffel est un symbole international associé à Paris, mais aussi à la France dans sa globalité. "C'est un symbole international de reconnaissance immédiate";
  • La Tour Eiffel est également associée au savoir-faire français, à une véritable prouesse technologique et à une réussite architecturale;
  • "Enfin, c'est un symbole très fédérateur" qui, comme on l'a vu lors des récents et tragiques événements dans la Capitale, a rassemblé les individus autour de valeurs fortes, et au-delà des frontières de l'Hexagone.

Une exécution technique au service du message

L'un des critères de succès d'un logo réside dans l'adéquation entre le message de la marque (en l'occurrence, la candidature à l'organisation d'un événement sportif international) et le traitement graphique. Cette correspondance se retrouve dans le logo de Paris 2024 à plusieurs niveaux.

  • Le trait est dynamique, "comme en mouvement, précise Minh-Loïc Hoang-Xuan. Le lien avec la symbolique du sport est fort et d'ailleurs, les bons logos liés aux Jeux ont toujours cette caractéristique dynamique";
  • Les couleurs reprennent celles des cinq anneaux olympiques. "Elles sont donc cohérentes par rapport à l'événement";
  • Le design est résolument moderne. "Le pictogramme est traité en flat design, une tendance qui a commencé à s'imposer il y a deux ou trois ans mais ici, elle est traitée avec du volume, grâce aux dégradés de couleurs, ce qui rend le logo très actuel";
  • La simplicité du design rend le logo accessible et compréhensible par le plus grand nombre. "Un logo trop fourni ne véhicule pas efficacement un message".

La French Touch

"Ce logo prête à une double lecture, ajoute Minh-Loïc Hoang-Xuan. On y voit la Tour Eiffel, et le chiffre 24. C'est ludique, astucieux et cela touche tout le monde. Ce clin d'oeil, c'est notre French Touch!". Reprise des codes graphiques actuels, compréhensible par tous, en accord avec le projet de la marque et l'événement qu'elle convoite, ce logo "simple sans être simplet", devrait tenir ses promesses.

Buzz social #Paris2024

  • Bad : c'est un internaute qui, via son compte Twitter, a souligné la ressemblance entre le logo créé par le bureau parisien de Dragon Rouge et celui d'une agence de consulting basée à Londres, 4 Global. Interrogé par le magazine GQ, le directeur de création de Dragon Rouge Paris assure qu'il n'y a eu aucune volonté de plagiat.


  • Fun : Stabilo France a habilement rebondi sur la popularité du logo de Paris en publiant le message suivant sur son compte Twitter (certes, il manque un petit "n' "...) :