Recherche

[Rencontre] Grégory Nicolaïdis : "L'écrit reste une force sur Internet"

Publié par le | Mis à jour le
[Rencontre] Grégory Nicolaïdis : 'L'écrit reste une force sur Internet'

Cofondateur de YouLoveWords, agence de production de contenus écrits, Grégory Nicolaïdis met en relation la communauté d'auteurs de WeLoveWords et les marques qui souhaitent développer de manière adaptée leur brand content.

  • Imprimer

Grégory Nicolaïdis, cofondateur de YouLoveWords, est persuadé de la puissance des mots dans une stratégie de content marketing : "L'écrit reste primordial, surtout à l'heure du numérique et de l'image. A un moment donné, on a sous-estimé la force des mots dans le brand content. Je suis à cet instant précis en train de vous convaincre avec mes mots, c'est un outil d'une force incroyable. Les mots ont du goût, une résonance, les mots marquent les esprits". C'est la raison pour laquelle il a créé YouLoveWords en 2013, une société de production de contenus écrits à destination des agences et des marques. Sa particularité : proposer à ses clients des talents issus d'Internet, d'abord repérés sur la plateforme WeLoveWords. Créée en 2009, la petite soeur de YouLoveWords fédère une communauté d'auteurs, romanciers, scénaristes, qui viennent proposer leurs textes et participer aux concours pour être publiés.

Pourquoi ne pas mettre en relation ces plumes et les marques, qui cherchent à optimiser leur brand content sur le Web ? Car, sur Internet, l'écrit reste une force : "La production récurrente de contenus éditoriaux (billets de blogs, social content, pages web, livre blanc...) dope le référencement naturel des annonceurs qui ont compris que la qualité et la résilience paient", affirme un Grégory Nicolaïdis convaincu. Pour lui, tout dépend finalement de l'objectif de la marque : "La création d'un blog et l'alimentation des réseaux sociaux répondront certainement à un besoin d'engager la conversation avec ses clients, alors qu'un livre blanc a plus d'utilité en B to B car c'est un outil incroyable pour générer du lead et se positionner comme un expert dans son domaine. Mais en matière de brand content et content marketing, les offres existantes sur le Web sont souvent low cost et racontent rarement l'histoire de la marque", regrette-t-il.


Qualification des auteurs

Pour répondre aux besoins variés des annonceurs, YouLoveWords propose de mettre en relation ces derniers avec les 20.000 rédacteurs inscrits sur WeLoveWords, avec un atout précieux pour ses futurs clients : leur proposer une base d'auteurs qualifiée. Sur WeLoveWords, les auteurs sont ainsi classés par profil : écrivain, poète, parolier, chroniqueur, scénariste, humoriste, slameur... Pour aller plus loin, le site apporte une touche de gamification : le lauréat d'un jeu-concours sera récompensé (et identifié) par un badge. A ces badges publics s'ajoutent des badges privés, par spécialisation (marketing, corporate, luxe, loisirs/tourisme, sport, culture...) ou par talent annexe (photographe, influent sur Twitter, pro des réseaux sociaux...). Enfin, des badges à l'intitulé humoristique, comme "Speedy Gonzales" ou "Fast & Furious", identifient une qualité supplémentaire, comme ici les profils les plus réactifs.


YouLoveWords travaille pour des marques en modèle direct ou indirect, via des agences. Le client s'inscrit sur le site et y dépose son brief via un formulaire à remplir, en indiquant notamment le type de contenu souhaité (page web, native advertising, billet de blog, référencement naturel, publication sur les réseaux sociaux...). Il choisit ensuite son mode de paiement, un système de crédits proposés sous forme de packs. Une fois sa commande activée, YouLoveWords sélectionne de son côté les auteurs adaptés aux besoins du client. "Quand on reçoit un brief, on lance une phase de testing avec plusieurs plumes (slammeur, rédacteur, journaliste...) pour trouver les meilleurs producteurs de contenu pour cette demande précise, explique Grégory Nicolaïdis. C'est là où les agences traditionnelles sont plus classiques. Cette étape, essentielle chez nous, nous permet d'adapter de manière efficace l'offre et la demande. Un journaliste sera un bon profil pour publier des interviews, tandis qu'un slameur apportera un contenu plus créatif".

LIRE LA SUITE PAGE SUIVANTE =>

Xavier Foucaud

Xavier Foucaud

Journaliste Community Manager

Journaliste Community Manager, je traite de l’actualité du social media et sélectionne pour vous chaque vendredi les 10 meilleures idées marketing de [...]...

Voir la fiche