Recherche

Yop fait une cure anti-rides

Publié par le

Sur un marché des boissons toujours plus riche, le yaourt à boire joue la carte de l'interactivité avec un site refondu et une opération de promotion qui mixe Internet et SMS

  • Imprimer


Elle aura bientôt 30 ans et demeure un des fleurons du portefeuille de marques de Yoplait. Première à avoir osé le discours décalé dans l'univers très lissé des produits de l'ultra-frais, sa notoriété auprès des "djeuns" impose le respect. Marque mythique, « dont il faut anticiper une érosion toujours possible », dixit Jean-Sébastien Garnier, chef de groupe, Yop, il s'agit d'elle, se doit chaque année d'aller un peu plus loin dans son discours pour entretenir cette proximité. La nouvelle copie de sa saga publicitaire, toujours signée Jean & Montmarin, s'attache ainsi à renouveler son traitement scénographique, et l'évolution du packaging l'inscrit plus fortement dans les tendances actuelles d'un marché des boissons qui évolue vite. Le site de la marque a également été refondu par Mox Interactive pour donner naissance à la Yop City. Games zone, bons plans (en partenariat avec cityvox. com), goodies à télécharger y déclinent la Yop Attitude. Le site est également au coeur de la nouvelle opération de promotion de la marque. Conçue par regenere, agence spécialisée sur les moins de 30 ans, son dispositif mixe deux médias : Internet et les téléphones portables. « L'utilisation conjointe des deux supports permet de toucher l'ensemble de la cible », note Anne-Claire Putiaux, responsable du budget à l'agence. Selon le Baromètre Jeunes de Mediamétrie, Internet et le SMS sont largement plébiscités par les 11-18 ans, réellement accros à ces moyens de communication. 9 jeunes sur 10, équipés d'un portable, déclarent en effet envoyer et recevoir des SMS. 65 % d'entre eux l'utilisent tous les jours ou presque, et ceci pour des raisons avant tout économiques. Baptisée "Yop machine, la machine à choisir ses Kdo", le principe de l'opération est simple. Le consommateur se connecte sur le site de la marque ou envoie un SMS sur la Yop Machine, il entre le code apposé au dos de chaque étiquette et vérifie si ce dernier est gagnant ou perdant. « L'originalité du mécanisme repose sur le fait que le consommateur choisit lui-même son cadeau parmi la centaine de dotations proposées : scooters, robes de créateurs, soirée VIP... », indique Jean-Sébastien Garnier. Quant au perdant, il peut bien sûr rejouer. Au bout de cinq tentatives perdantes, il reçoit gratuitement un goodies, une sonnerie pour portable ou un fond d'écran par exemple. Deux semaine après le lancement, 4 000 personnes avaient téléphoné ou s'étaient connectées via Internet pour participer au jeu.

Rita Mazzoli

Calendrier de l'Avent du marketer: start-up (J-18)

Calendrier de l'Avent du marketer: start-up (J-18)

Calendrier de l'Avent du marketer: start-up (J-18)

Tous les jours jusqu'à Noël, emarketing.fr vous fait découvrir ou redécouvrir un mot ou une expression du marketing, représentatifs d'une tendance [...]

Comment les marketeurs ciblent les plus jeunes ?

Comment les marketeurs ciblent les plus jeunes ?

Comment les marketeurs ciblent les plus jeunes ?

Laisser les enfants gérer leur budget : c'est le souhait de VeeCee. Le service n'est pas le seul à s'intéresser au marché d'une jeunesse de [...]

Comment devenir une entreprise data-driven?

Comment devenir une entreprise data-driven?

Comment devenir une entreprise data-driven?

Mardi 6 décembre, emarketing.fr et IBM ont organisé, à Paris, une matinée consacrée aux tendances du marketing digital. Parmi elles, la dark [...]