Web design : Turbos logos rigolos

Publié par le

The Brand Company propose depuis quelques mois une approche de création de logos 100 % web. Des identités qui ne sont pas attendues et qui jouent la connivence.

  • Imprimer


«Un mois pour créer un cyber-logo qui soit un vrai levier de communication et un booster de notoriété ». Telle est la nouvelle offre de l'agence The Brand Company, pour se mettre au diapason du rythme frénétique des web-companies. Mais la vitesse n'est pas tout. Pour l'agence qui n'en finit pas de "disrupter", il s'agit surtout de « créer la connivence ». Comme l'explique Frank Chabert, directeur associé, responsable du département dot.com et e-design, « un logo de web-company n'est pas là pour rassurer sur le produit. Le produit (ou le service) est bon ou pas. L'objectif assigné à la marque est de démontrer sa capacité à instaurer une nouvelle relation à l'internaute, de capter l'attention et de créer une fidélité sur un ton décalé et non statutaire. On est vraiment sur le relationnel car la valeur ajoutée réside dans la capacité à dialoguer avec l'internaute ». Qui dit connivence, dit marque humanisée qui dépasse la dimension désincarnée et impersonnelle du Net, sortir des styles déjà assez standardisés des marques web, mais aussi accepter de jouer avec la marque pour qu'elle devienne vivante. Tous les web-logos ayant vocation à être animés et mis en scène, selon une approche qualifiée par Frank Chabert "d'entertaining design". « Michelin est typiquement un logo de l'ère Internet, illustre le web-graphiste. Car si la marque acceptait de remettre en cause sa façon de communiquer, on pourrait l'animer. Par contre, difficile d'animer EDF, pourtant marque de service... En réalité, dès que la marque se veut essentiellement le reflet de l'offre, elle a du mal à fonctionner sur le Net. Car on parle du produit et pas du client . Fortuneo (un site boursier), Novacy (un site d'épargne salariale), Freever (un service lié aux portables pour les jeunes) et Diora.com (une radio " à la carte" accessible sur le Web et sur les téléphones) ont ainsi vu surgir leur identité, "sympathiques, décalées, voire métaphoriques". Cette approche sous-entend un travail en osmose avec les créateurs du site, et une clarté de ceux-ci en termes de positionnement. « On n'est pas sur la valorisation du contenu. Il faut être inattendu pour bien faire comprendre en quoi le service proposé est différent et dans quel sens il veut se positionner. » En bref, c'est nouveau et c'est turbo. L'agence refuse les compétitions et facture le tout 120 KF pour un logo et 60 KF pour la charte internet.

Valérie Mitteaux

Autres articles

Drive-to-web TV : tous les chemins mènent au clic
Drive-to-web TV : tous les chemins mènent au clic

Drive-to-web TV : tous les chemins mènent au clic

Par

aube de addressable TV le petit ecran inspire deja des bonnes pratiques du digital pour offrir ses annonceurs une mesure fiable de la performance [...]

Web Summit 2017: Start-up et tendances booster
Web Summit 2017: Start-up et tendances booster

Web Summit 2017: Start-up et tendances booster

Par

DU au novembre le Web Summit reunissait Lisbonne plus de 60000 participants dont 7000 CEO et 1500 investisseurs Et pour la premiere fois deux [...]

Twitter déploie un format vidéo "cliquable"
Twitter déploie un format vidéo "cliquable"

Twitter déploie un format vidéo "cliquable"

Par

Apres quelques tests aupres de Renault et de la SNCF notamment Twitter annonce le lancement de son format Video Website Card idee une video [...]

Les 10 idées marketing (30-3 novembre 2017)
Les 10 idées marketing (30-3 novembre 2017)

Les 10 idées marketing (30-3 novembre 2017)

Par

Cette semaine la redaction repere 10 initiatives de marques originales dont la faible datalphabetisation des Francais Ikea et ses pre rolls [...]