Recherche
Se connecter

Vitalité

Publié par le


Certes, l'année 2003 n'a pas été une année “ordinaire”, ni une année facile. Avec un démarrage particulièrement lent, suivi d'une accélération nette sur les derniers mois. La majorité des sociétés d'études s'accordent sur ce point. Tout comme elles s'accordent sur un manque de visibilité qui a tendance à devenir récurrent. Il n'empêche, la nouvelle édition du Top 100 des instituts d'études marketing et opinion, réalisé chaque année par Marketing Magazine, témoigne, d'une manière globale, d'une vitalité certaine. Surtout dans la conjoncture actuelle. Déjà, pour le classement 2002, alors qu'une année "noire" était prévue, les résultats avaient été honorables. Cette année encore, la croissance de nos cent premiers instituts, bien que moins flamboyante que lors des exercices “anciens”, a été significative, et au moins identique à celle de 2002. Même si, comme à l'accoutumée, les résultats issus du Top 100 sont sensiblement supérieurs à ceux de Syntec Etudes concernant l'ensemble du marché. On ne manquera cependant pas de remarquer que l'effet concentration, avec les divers rachats intervenus l'an passé, a joué son rôle, profitant à plusieurs groupes et dopant les résultats des Top 10 et 20. Ou encore que les plus belles progressions se situent au sein des instituts spécialisés ou de taille moyenne. On pense, par exemple, à ceux travaillant dans le domaine de la santé ou des études on line. Le on line qui, comme en témoigne également notre enquête (voir p. 85), est, non seulement l'un des moteurs de la croissance, mais aussi une source d'innovations significatives, Internet n'étant désormais plus considéré uniquement comme un mode de recueil supplémentaire, ou complémentaire, mais bien comme une source de nouvelles réflexions et pratiques. Qui risquent d'impacter durablement le métier même des études. L'innovation étant, de toute façon, une condition sine qua non pour le développement à venir.

François Rouffiac

Sur le même sujet